Archives mensuelles : juin 2012

29 articles

It Bites: Map of the Past

J’avoue volontiers une petite faiblesse pour It Bites, groupe britannique qui, en son temps, savait faire un néo-prog très pop et pourtant irrésistible. Map of the Past, leur nouvel album, ressemble à une tentative pour “rentrer dans le rang” avec une approche plus classique du rock progressif, à commencer par sa forme: un concept-album.

The Venture Bros., saison 2

Après avoir regardé la deuxième saison de The Venture Bros. et y avoir réfléchi sur les toilettes (ce qui est assez raccord), je suis arrivé à une réalisation: cette série  est aux dessins animés américains des années 1970-1980 ce que Excel Saga est aux animes. C’est une sorte de cri – d’amour ou de haine, je ne sais pas trop; disons que, si c’est de l’amour, c’est de l’amour vache! Attention, je vais un peu spolier.

Rhapsody: Ascending to Infinity

Il faut pas croire, mais quand je fais des chroniques d’album, je fais toujours quelques recherches. C’est d’ailleurs en regardant deux-trois trucs sur ce nouvel album de Rhapsody, intitulé Ascending to Infinity, que je me suis aperçu qu’il y a désormais deux Rhapsody et celui-ci est le seul, le vrai, l’unique avec Luca Turilli.

 

City Hall

Londres, juin 1902: un officiel est brutalement assassiné chez lui, semble-t-il par une créature de dix mètres de haut qui a ensuite disparu sans laisser de traces, autre qu’une simple feuille de papier. Simple? Pas vraiment: dans le monde de City Hall, le papier est une arme puissante et interdite, avec laquelle les auteurs talentueux peuvent donner vie à leurs créations.

William Sheller: Excalibur

Je n’aime pas la chanson française, mais William Sheller est sans doute le seul artiste qui m’empêchera de passer tout le troupeau au napalm le jour où je deviendrai dictateur du monde. Je n’ai pas non plus l’habitude de passer des clips vidéos dans ce blog, ou alors il faut qu’ils soient bien barrés. Excalibur”, tiré de l’album Ailleurs (1989), est de ceux-ci.

Affector: Harmagedon

Attention: si vous n’aimez pas les supergroupes, le métal progressif et les prophéties bibliques, Harmagedon, le concept-album de Affector, n’est définitivement pas pour vous! Une fois ceci posé, si ces trois éléments ne vous posent aucun problème particulier, il y a matière à intérêt – mais je ne vous garantis pas non plus que vous allez adorer. Moi-même, j’avoue être quelque peu partagé.

Baskets à la mode parisienne

Baskets à la mode parisienne Le grand couturier parisien Maître Lapidus défraie encore la chronique avec une nouvelle collection de chaussures de sport pour soumis! Bon, en vrai, c’est du Adidas qui a fait râlé plein de monde, mais comme je suis un asocial sataniste cyberpédophile (version courte: rôliste), ça […]

Ce que je n’aime pas lire en science-fiction

Malgré les commentaires de mes collègues et amis sur mon caractère aigri et ronchon – commentaires pas totalement dénués de fond et imputables à ma nature de Genevois et à mon âge – je pense être raisonnablement bon public. Certes, j’aime râler, mais il est rare que je tombe sur un truc qui ne me plaise pas. Rare, mais pas impossible: là, je viens de tomber sur un bouquin de science-fiction francophone   qui est limite douloureux.

Din Brad: Dor

Les achats impulsifs, ce n’est pas toujours une bonne idée. Correction: les achats impulsifs sont très rarement une bonne idée, même s’ils semblent justifiés à priori. Par exemple, acheter Dor, le nouvel album de Din Brad, sous le seul prétexte que c’est un projet connexe d’un des membres de Negură Bunget (le claviériste Inia Dinia).

Moi, ludosaure

Lorsque j’ai commencé le jeu de rôle, il y avait encore une Union soviétique, mais pas encore de jeux de rôles en français. Juste pour dire. C’était pendant l’été 1982, soit il y a très exactement trente ans. Putain, trente ans! Donc, trente ans et un passage de millénaire, qu’est devenu le noob mal dégrossi qui, un beau jour, a poussé la porte du CLIC, le Club du loisir intellectuel et créatif, sis à la Rue de Berne de Genève (quartier chaud s’il en est), dans une ancienne gendarmerie?

 

Jour J: Apocalypse sur le Texas

Visiblement, Fred Duval et Jean-Pierre Pécau ont mis le turbo sur leur série Jour J: moins d’un mois après la sortie de Paris brûle encore, le duo uchroniste sort Apocalypse sur le Texas, qui porte bien son nom: le 28 octobre 1962, la Crise des missiles de Cuba dégénère en échange nucléaire USA-URSS et, cinq ans plus tard, les Français et les Britanniques montent une expédition sous mandat de l’ONU pour tenter d’empêcher une annexion du Texas par le Mexique.

“Eternity Incorporated”, de Raphaël Granier de Cassagnac

Dans la Bulle, seule structure humaine à avoir survécu au Virus, la vie des citoyens est contrôlée par le Processeur. À ce stade de l’évocation de Eternity Incorporated, roman de science-fiction de Raphaël Granier de Cassagnac, deux catégories de lecteurs de ce blog vont sans doute sourire : les joueurs de jeu de rôle, qui y verront une grosse inspiration Paranoïa, et les habitués de la collection Fleuve Noir Anticipation, à qui cela rappellera sans doute (et entre autres) une trilogie de G. Morris sur un thème similaire.

Hollenthon : Opus Magnum

Il faut que je me rende à l’évidence : j’aime bien le death et le black métal, tant que ça ne ressemble pas à du death/black métal traditionnel. Témoin le groupe autrichien Hollenthon, recommandé il y a peu par Helran en commentaire de ma chronique sur Moonspell, que je viens de découvrir au travers de son album Opus Magnum, paru en 2008.

Projets de campagnes

Oui, “campagnes” au pluriel. Je n’ai pas l’air, comme ça, mais entre deux parties de Diablo III, les délais absurdes du boulot et les conférences pour nerds chrétiens, je suis très occupé. À commencer par la campagne lupanar, dont la page de souscription a enfin ouvert, notamment grâce aux efforts intenses d’Antoine et d’Oliver, à qui nous devons – avec leur confrère Frank Semelet – une vidéo de propagande pas piquée des hannetons!

Flattr: rapport pour mai 2012

Cet article est le numéro 14 d'une série de 105 intitulée Bilans mécénat et création

Il y a quelques jours, Flattr annonçait avoir atteint son millionième micropaiement. Félicitations à l’équipe, qui a actuellement fort à faire avec les procédures semi-crétines d’homologation pour applications d’Apple, mais passons. Pour ma part, ce mois de mai a été plutôt bénéfique, avec un revenu de €6.52 pour les €5 de dons mensuels, répartis ce mois encore en dix clics, pour 5o cents par clic; ça me paraît être un bon rythme de croisière, pour le moment.