Alexandrie: les Lada se cachent pour mourir

Je vous avais déjà parlé de ma théorie sur le trafic automobile organique à Mexico, il me semble. Alexandrie, c’est pareil; peut-être pire, en fait. Le trafic y est sérieusement intense, les feux de circulation sont rares et, le plus souvent, considérés comme décoratifs.

Le plus rigolo, c’est les modèles de voiture qu’on y trouve: des hordes de Peugeot 504, des bagnoles chinoises et, surtout, une pléthore de Lada.

Moi qui me demandait ce qu’étaient devenues ces pots de yaourt à roulettes, à la mythique absence de qualités, je le sais désormais: elle sont toutes venues mourir en Égypte. Sauf que, comme la mauvaise herbe, c’est increvable! J’ai vu des modèles qui ont sans doute connu l’ère Brejnev, voire Krouchtchev. Les taxis alexandrins (qui ne font pas forcément douze pieds de long) sont presque tous des Lada.

Je crois même avoir croisé une FSO Polonez, mais pas de Dacia. C’est presque décevant.

Naviguer dans cette série

Alexandrie: du neuf avec du vieux, et réciproquementSiwa: la route du désert

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “Alexandrie: les Lada se cachent pour mourir”

%d blogueurs aiment cette page :