Asmoday 2011

Je n’irai pas jusqu’à dire que l’organisation de cette édition 2011 d’Asmoday, la convention de jeu organisée par Asmodée, était une divine surprise, mais le fait est qu’on a un peu été prévenu à la dernière minute.

Cela dit, même si ce n’était clairement pas un événement orienté jeu de rôle, en l’absence d’un Monde du Jeu cette année, Antoine et moi nous sommes dit que ce serait une bonne chose que 2 dés sans faces soit représenté dans une convention parisienne.

En y repensant, ce n’était pas l’idée du siècle ; pas que l’expérience fût exécrable, mais avec 500 invités dans l’Espace Clacquesin, une ancienne distillerie de la proche banlieue parisienne reconvertie en espace événementiel, j’ai rarement connu une salle plus bruyante.

Les annonces-micro, les jeux idiots qui mettent un souk invraisemblable dans les travées, sans parler de la vente aux enchères – certes pour une bonne cause, mais abominablement longue – ne constituent pas l’environnement idéal à la pratique rôliste.

Je glisserai sur la présence d’une « police des jeux » chargée de faire respecter la « bonne ambiance » et encourageant délation et corruption, ce qui m’a fait ricaner sur Tweeter que c’était la première fois que j’assistais à une convention de jeux sarkozyste. Le deuxième degré, ça désigne aussi parfois des brûlures.

Du coup, même si j’ai réussi à placer une partie « bande annonce » de deux heures dans l’après-midi et une autre le soir (Antoine a pu faire une première partie de test de son nouveau projet et en a récolté plein de retours utiles), l’occasion a plus été de faire du social.

On s’est donc retrouvé une partie de la journée à discuter avec les amis de Paris (coucou Cuchullain, Puck et Loris !), les collègues du Grog ou du 7e Cercle (et d’Asmodée, bien sûr) ou à se faire griller, Antoine et moi, devant la caméra de Thibault pour Roliste.tv. C’est toujours sympa et les conventions, on les aime aussi pour cela.

Donc, cet Asmoday 2011 est pour moi globalement positif ; un peu rude pour les cordes vocales et un chouïa frustrant d’un point de vue purement rôlistes. Disons que si j’avais su, je ne serais sans doute pas venu, mais que comme je suis venu sans savoir, je ne regrette pas.

Et puis j’ai été raisonnable – entendez par là que je n’ai acheté que pour €120 de CD chez Gibert…

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. et tu as entendu des news croustillantes sur INS/MV ?

    • Alias dit :

      Oui: il y a bel et bien une cinquième édition en cours de travail, qui est une sorte de reboot, que des parties ont même eu lieu pendant la conv’, et que la question se pose de comment publier le bidule.

  2. ok merci, enfin de compte rien qui n’était déjà connu.

  3. Cuchulain dit :

    Bien sympa cette petite rencontre autour d’un faux-filet ! 🙂

    Je réitère ma proposition (indécente): dis-moi ce que tu veux acheter et je te l’envoie chez notre prof de français préféré ! (Et ça sera une bonne occasion de vous revoir).

    • Alias dit :

      Je me laisserai bien tenter par « The Laundry RPG », mais comme je risque de revenir à Paris fin novembre pour le Salon POP’up, je pourrai sans doute le prendre à ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :