Beast in Black: From Hell with Love

Beast in Black: From Hell with Love

Alors oui, vu que j’ai chroniqué leur précédent en album en décembre, ça peut paraître court de balancer le nouvel album de Beast in Black, From Hell with Love, à peine six mois plus tard. Oui, mais j’avais découvert Berserker sur le tard, avec le concert de Nightwish dont ils faisaient la première partie.

Du coup, voici donc le nouvel album de cette formation finlandaise (et de son chanteur grec), qui mélange le hard-FM le plus eighties avec le power-metal le plus licorne. Comme je l’avais – un peu méchamment – noté sur les rézosocios, il existe désormais un genre qui est le bontempi-metal.

From Hell with Love est un album de taille moyenne: certes il ne compte pas moins de onze pistes, mais aucune ne dépasse les six minutes et une seule fait plus de cinq minutes. Au total, l’album dure un peu moins de trois quarts d’heure.

Si Berserker m’avait pris par surprise et emporté à l’enthousiasme, je suis un peu plus circonspect sur ce nouvel album. L’effet de surprise est donc passé et, du coup, j’ai moins tendance à pardonner certaines facilités.

La formule Beast in Black est sympa et très efficace: du hard-FM, du power-metal et on rajoute une blinde de claviers, parce que c’est bien connu, il n’y a JAMAIS assez de claviers dans le metal. Elle a aussi ses limites.

La principale est qu’il est difficile d’aligner onze pistes sans se répéter quelque peu. Et là où Berserker se permettait quelques écarts amusants, From Hell with Love est un peu trop sage.

Cela dit, Beast in Black a plusieurs atouts, à commencer par une énergie et un enthousiasme à toute épreuve et des musiciens impressionnants.

Surtout le chanteur, Yannis Papadopoulos, qui est à ma connaissance le seul vocaliste qui, partant d’un timbre à la Rob Halford (Judas Priest), est capable de faire une imitation de Tarja Turunen (ex-Nightwish) tout à fait convaincante (“Oceandeep”, encore que “Blind and Frozen” sur le précédent était encore plus impressionnante).

Alors, oui, il y a dans From Hell with Love une panoplie de morceaux impressionnants. Il y a aussi beaucoup de compositions qui donnent l’impression de venir d’une compilations de génériques de fin de films de série B des années huitante. Ce sont souvent les mêmes, d’ailleurs.

Citons dans la masse le morceau-titre, qui mélange disco façon générique de Miami Vice, crânes et lance-flammes (je vous ai mis la vidéo, au cas où vous ne me croiriez pas), “Repentless”, “Die by the Blade”, l’exceptionnel “Unlimited Sin”, “True Believer” ou “Heart of Steel”.

Pour apprécier From Hell with Love, il faut être sensible – ou, au contraire, immunisé – au style “choucroute barbapapa” de Beast in Black. Pour ma part, je dois être un peu des deux, parce que ça me fait rire et je trouve ça irrésistible pour secouer le peu de cheveux qui me restent. Mais je reconnais que c’est un style outrancier qui peut rebuter.

Bonus: la vidéo du morceau-titre, comme annoncé

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :