Jeu vidéo

51 posts

Car j’aime bien tuer des pixels, ça me détend.

"Communities of Play", de Celia Pearce et Artemesia

“Communities of Play”, de Celia Pearce et Artemesia

Le moins que l'on puisse, c'est que je ne suis pas un grand fan des jeux massivement multijoueurs – oui, les fameux meuporgues qui fascinent tant la jeunesse d'aujourd'hui. Pourtant, j'ai lu avec beaucoup d'intérêt Communities of Play, la thèse d'ethnographie de la chercheuse américaine Celia Pearce, qu'elle co-signe avec Artemesia, son avatar.
Nuclear Throne

Nuclear Throne

Le dernier bidule sur lequel je passe trop de temps, aussi appelé "jeu vidéo", c'est Nuclear Throne, un jeu du développeur indie Vlambeer publié sur Steam, au look pseudo-vintage (gros pixels et résolution en 320x200) et au thème post-apo. On (= quelqu'un sur Casus NO) me l'a vendu comme un Rogue-like et, s'il possède quelques points communs avec ce genre que j'aime bien, il n'a en fait pas grand-chose à voir.  

Rise of Mythos

Il y a les bons et les mauvais jeux free-to-play: le mauvais, il t'oblige à dépenser pour mieux jouer; le bon aussi, mais il est bon. Rise of Mythos (anciennement connu sous le nom Kings and Legends), le dernier coule-temps qui me scotche devant mon écran, fait partie des seconds.

Wreck-It Ralph

Wreck-It Ralph n'aime pas qu'on lui marche sur les pieds – même si, vu la taille de ces derniers, ça relève de l'exploit – et a tendance à réagir à l'adversité en cassant tout. Ralph est un personnage de jeu vidéo Fix-It Felix Jr., qui va fêter ses trente ans, et il commence à en avoir doucement marre, non pas tant d'être le méchant, mais d'être salement déconsidéré par ses collègues de jeu. Il décide donc de devenir un héros.

Borderlands 2

Entre l'arrivée de Steam et une sorte de frénésie de portage de jeux plus ou moins récents, je me suis retrouvé ces temps-ci avec une belle quantité de jeux vidéos bien sympa. Le dernier en date, c'est Borderlands 2, un croisement jeu de rôle/jeu de tir à la première personne (un peu comme Deus Ex) dans un univers SF/post-apo/western à mi-chemin entre Fallout et Firefly, mais avec beaucoup plus de flingues.

Dix jours avec Diablo III

Il fallait s'y attendre (et, à dire vrai, j'avais prévenu): sitôt Deus Ex bâché, je suis allé télécharger Diablo III. Oui, je sais, la boîte est moins chère, mais c'est une boîte et j'en ai déjà trop. Donc, téléchargement. J'appréhendais un peu, mais j'y avais un peu joué chez Fulgan auparavant et ça m'avait convaincu que c'était dans la lignée de ce que j'attendais: du combat bourrin.