Catégorie : Inspirations rôlistes

Inspirations rôlistiques diverses (spécifiquement mentionnées comme telles, s’entend).

American Gods, saison 1 2

American Gods, saison 1

Posons tout de suite les choses avant de parler de cette première saison de la série American Gods: non, je n’ai pas lu bouquin, oui, je sais que c’est du Neil Gaiman, et oui, je vais sans doute le faire un de ces quatre. Ok, c’est bon?

Dark Matter, saison 2 3

Dark Matter, saison 2

Dans la première saison de Dark Matter, on avait six personnages amnésiques à bord d’un vaisseau qui, au fil des péripéties, retrouvaient des bribes de leur passé pour finalement convenir que leurs anciennes personnalités n’étaient pas des gens fréquentables – y compris par eux-mêmes.

 

Wonder Woman 5

Wonder Woman

Je dirais bien que je suis allé voir Wonder Woman pour pouvoir renouveler mon permis de geek, mais je ne suis pas cynique à ce point. J’avais réellement envie de voir ce film et j’avais réellement envie de le trouver chouette. Spoiler: ça n’a pas très bien fonctionné.

"The Three-Body Problem", de Liu Cixin 1

« The Three-Body Problem », de Liu Cixin

Partout dans le monde, d’éminents scientifiques se suicident, déclarant que « la physique est fausse » avant de mourir. Wang Miao, chercheur en nanotechnologie à l’université de Beijing, est engagé par une équipe internationale pour les aider à résoudre ce mystère, dont la réponse pourrait bien se trouver dans un jeu vidéo immersif situé sur un monde à trois planètes. Dit comme ça, on ne peut pas affirmer que The Three-Body Problem, de Liu Cixin est un ouvrage facile d’approche.

The Expanse, saison 2 4

The Expanse, saison 2

Comme mentionné précédemment, si vous voulez de la série télé de science-fiction, il y a une blinde de choix ces temps. Parmi celles-ci, The Expanse est probablement la plus impressionnante et la plus dense. Déjà par son côté hard-science et ses aspects réalistes (même si elle n’est pas complètement l’un ni l’autre), mais aussi par son scénario qui mélange géopolitique brutale et découverte majeure.

 

Jupiter Ascending 13

Jupiter Ascending

Bonjour les gens! Au moment où j’écris cette chronique, on est lundi soir et je regarde Jupiter Ascending sur ce qu’on appelle pudiquement une « chaîne du câble » (c’est un euphémisme pour « télé de merde »). On est limite dans le domaine du livetweet, là. Oui, je m’emmerde un peu, là.