Livres

352 posts

Les livres sans images (à part la couverture, et encore: pas toujours).

"Void Star", de Zachary Mason

“Void Star”, de Zachary Mason

Void Star, de Zachary Mason, c’est notre planète dans un avenir proche, mais mal défini – peut-être un siècle dans l’avenir, peut-être moins. Trois personnes, trois destins: Irina, spécialiste en intelligences artificielles, Thalès, fils d’un politicien brésilien et mathématicien de génie, et Kern, accro du parkour et du combat de rue sorti d’un bidonville par une voix mystérieuse au téléphone.
"L'Empire de l'imaginaire", de Michael Witwer

“L’Empire de l’imaginaire”, de Michael Witwer

Qui était Ernest Gary Gygax? Les rôlistes, ne répondez pas tout de suite! Bon, d'accord: un peu tout le monde sait que Gary Gygax est le créateur de Dungeons & Dragons (D&D pour les intimes) et, partant, du jeu de rôle. Mais qui était-il vraiment? C'est à cette question que tente de répondre l'ouvrage de Michael Witwer, L'Empire de l'imaginaire (Empire of Imagination en VO).
"Working Class Heroic Fantasy", de Gee

“Working Class Heroic Fantasy”, de Gee

Barne Mustii est un comptable. Pas vraiment le héros des légendes: il est harcelé par son patron, sa femme l'a quitté et il s'engueule tous les matins avec son miroir. Il faut aussi préciser que, dans le monde imaginé par Simon "Gee" Giraudot dans ce roman Working Class Heroic Fantasy, le miroir est magique, l'ex-épouse une elfe et le patron un gobelin.
"Malheur aux gagnants", de Julien Heylbroeck

“Malheur aux gagnants”, de Julien Heylbroeck

Paris, 1935: des gagnants de la Loterie nationale meurent dans des circonstances étranges. Un trio de "gueules cassées" – des vétérans de la Grande guerre mutilés de la face – enquêtent, pendant que des scientifiques se livrent à des expériences étranges et que des agents étrangers conspirent dans l'ombre. Malheur aux gagnants, le dernier roman de Julien Heylbroeck, ressemble à du pulp, mais ça n'en est pas. C'est mieux que cela.

“Everfair”, de Nisi Shawl

Quand j'ai lu l'article de BoingBoing qui parlait du roman de Nisi Shawl, Everfair, j'ai tout de suite tilté sur les termes "steampunk", "Afrique", "socialistes". Dans ce premier roman – l'autrice a écrit nombre de nouvelles, mais également un essai sur la diversité dans les littératures de l'imaginaire – il y a tout cela, et plus encore.
"The Berlin Project", de Gregory Benford

“The Berlin Project”, de Gregory Benford

Au début des années 1940, alors que la guerre fait rage en Europe (et ailleurs), les États-Unis commencent à s'intéresser à l'utilisation militaire de l'atome. Parmi eux, un chimiste, Karl Cohen, parvient à convaincre le général Leslie Groves, coordinateur du projet, de privilégier une méthode permettant d'avoir une bombe rapidement. C'est le point de départ du roman uchronique The Berlin Project, de Gregory Benford.