Catégorie : Moi

Le n’Alias, sa vie (son œuvre est dans d’autres sections)

0

On reprend les Progressions!

Depuis le temps, vous devriez avoir compris que, comme auteur branlo, je me pose un peu là. Si je n’ai pas d’idées, je n’écris pas et, soudainement, quand j’en ai, je balance cinq mille mots en une semaine. Bon, dans le cas présent, on n’en est pas à ce deuxième extrême, mais j’ai soudainement eu envie de me relancer dans l’écriture de “Progressions”.

2

Bilan mécénat pour mars 2018

On continue la tradition du bilan mécénat mensuel avec celui de mars 2018. Bon, en fait de bilan, c’est un peu le calme plat: Flattr retombe en coma cérébral – malgré des faux positifs surtout dus à une interface un peu foireuse – Liberapay reste stable et les plateformes de mécénat n’ont pas connu de nouveauté marquantes.

0

Orc’idée 2018

Les beaux jours reviennent et, avec eux, Orc’idée, qui est probablement la plus grande et/ou la plus ancienne des conventions de jeu de rôle de Suisse romande. Et donc, je reprends le chemin de...

Polymanga 2018 0

Polymanga 2018

Si vous habitez en Suisse romande et que vous n’avez jamais entendu parler de Polymanga, la convention geeko-japonaise annuelle qui prend ses quartiers à Montreux le week-end de Pâques, c’est que vous habitez sous un gravillon au fin fond de la Brévine ou de la campagne genevoise.

0

Ludinord 2018

La troisième convention de ce mois de mars m’emmène, non pas en Belgique, mais pas loin: Lille, pour l’édition 2018 de Ludinord. Ludinord, c’est un festival de jeux multi-genres – un peu comme Ludesco, mais à l’échelle d’une grosse région transfrontalière. Du coup, l’affluence sur les trois jours est de l’ordre de 10 000 personnes.

0

Harakiri for the Sky: Arson

Voilà un album qui ne cache pas son jeu: avec Arson, du duo autrichien Harakiri for the Sky, c’est du comme-son-nom-l’indique-metal! La brutalité d’un suicide rituel, des envolées vers le ciel et toute la beauté et la sauvagerie d’un incendie volontaire.

0

Ludesco 2018

Nouveau week-end, nouvelle convention: après Cannes pour le FIJ et la vibrante métropole de Grand-Lancy pour la Horde, me voici embarqué pour La Chaux-de-Fonds, la ville à mille mètres d’altitude, pour l’édition de 2018 de Ludesco. Sous la neige. Yeah!

Convention La Horde 2018 0

Convention de La Horde 2018

J’ai coutume de dire que la convention de La Horde est “la convention en bas de chez moi”. Pour cette édition 2018, même si dans l’intervalle j’ai déménagé un chouïa plus loin, j’ai décidé de faire vivre ce slogan en y allant en vélo. Huit kilomètres, ça réveille! Bon, pour ça, j’ai quand même attendu qu’il s’arrête de pleuvoir; faut pas pousser, non plus.

Porte-monnaie 8

Rémunération des créateurs: paye ta passion

J’ai vu passer, sur mes divers fils d’information, quantité de messages sur la question de la rémunération des auteurs·trices, sur la question de la création comme d’un “métier passion” et autres. Le sujet n’est pas nouveau, mais a de nouveau fleuri (c’est le printemps) avec la décision du Salon du Livre de Paris de ne pas payer les interventions des auteurs invités.

0

Bilan mécénat pour février 2018

Deuxième bilan mécénat pour l’année 2018, avec un mois de février qui comporte une particularité: c’est la première fois depuis octobre que je reçoit de l’argent via la nouvelle version de Flattr. Wouhou!

Japan Impact 2018 1

Japan Impact 2018

Vendredi matin, je me baisse pour ramasser la fourre de mon laptop – un bidule qui doit tout de suite peser ses huitante grammes tout mouillé – et je me pète le dos. Samedi matin: je suis à l’EPFL pour Japan Impact, édition 2018, avec six kilos de matos photo sur le dos, un badge presse autour du cou et toujours les lombaires en vrac. Oui, je suis un peu con.

0

Bilan mécénat pour janvier 2018

Au revoir 2017, bonjour 2018 et bonjour bilan mécénat pour janvier! On prend les mêmes et on recommence – il n’y a pas non plus de grosses raisons pour que cela change, cela dit.

Family watching television 1958 10

Rentre chez toi, âge adulte, t’es bourré

À l’heure où je finis d’éditer ces lignes, je viens d’avoir dix-sept ans. OK, pour la troisième fois. Et OK aussi, je vous ai déjà fait cette blague plein de fois. Mafout, c’est mon anniversaire, chfais c’que j’veux, d’abord! Ce qui signifie que, techniquement – très techniquement, et avec beaucoup de mauvaise foi – je ne suis pas encore adulte. Ce n’est pas très grave: d’une part, j’ai déjà le droit de boire des bières et, d’autre part, l’âge adulte, c’est très 20e siècle.