Catégorie : Concert

0

Paléo 2016 – Dimanche: Du celtique, encore et toujours

Cet article est le numéro 7 d'une série de 9 intitulée Paléo 2016

Dernier jour de Paléo 2016, retour avec ma dame: le soleil brille, un peu de vent apporte de la fraîcheur sur la plaine de l’Asse (insérez ici blague scato), où la boue a presque disparu.  Conditions idéales pour les concerts en plein air – sauf qu’on file de nouveau sous le Dôme.

Paléo sous la boue 0

Paléo 2016 – Samedi: Relâche

Cet article est le numéro 6 d'une série de 9 intitulée Paléo 2016

Bon, mon actualité live-bloguesque de ce samedi à Paléo pourra se résumer simplement: rien. Je suis un peu fatigué et il n’y a pas grand-chose qui me branche vraiment ce jour.

2

Paléo 2016 – Jeudi: Jour calme, risques d’orage 

Cet article est le numéro 4 d'une série de 9 intitulée Paléo 2016

Je ne vous cacherai pas qu’après ces deux premiers jours, le reste de Paléo ressemble un peu à une longue descente. Surtout avec un jeudi avec somme toute peu de choses qui m’intéressent réellement et une météo menaçante.

0

Paléo 2016 – Mardi: Muse & co

Cet article est le numéro 2 d'une série de 9 intitulée Paléo 2016

(Comme mentionné précédemment, cette semaine sera consacrée au Paléo 2016, sous la forme d’un liveblog de l’événement. Enfin, autant que faire se peut. Du coup, les réseaux sociaux et les flux RSS ne vont...

Paléo 2016 2

Tonton Alias Live from Paléo

Cet article est le numéro 1 d'une série de 9 intitulée Paléo 2016

Cette année, grande nouvelle: je vais au Paléo! Ouais, le Paléo Festival de Nyon, le gros festival de musique ultra-commercial-patin-couffin, à trente bornes de chez moi, où je n’ai pas mis les pieds depuis plus de vingt ans et un concert de ZZ Top particulièrement calamiteux.

Anima Mundi à Chambéry 0

Anima Mundi / Sirk à Chambéry

Alors, voilà qu’on m’annonce un concert de prog, avec Anima Mundi et Sirk, au Brin de Zinc de Chambéry. Je ne connais aucun des deux groupes autrement que de nom, mais c’est pas grave: c’est un samedi, je n’ai rien de prévu, c’est du prog, alors YOLO!

Anthinoises 2016, les concerts 0

Anthinoises 2016: les concerts

Les Anthinoises, ce n’est pas seulement un marché médiéval, un Castel des Trolls regorgeant d’artistes et de joueurs (et de bière) et des animations diurnes. Le soir venu, c’est aussi – surtout, dirons les amateurs – des concerts de musique celtique et celtisante, avec une programmation éclectique et métissée, n’en déplaise aux chancres de la tradition pure et dure.

Wild Boar Fest 2016 0

Wild Boar Fest à côté de chez moi

Et hop! Deuxième concert en deux jours, parce que je suis un grand malade. Et comme je suis vraiment un grand malade, c’est pour la première édition du Wild Boar Fest, un festival folk/viking-metal – genre dont je ne suis pas très fan.

Sugarfields à Genève 0

Sugarfields à Genève

Ce sont un peu les hasards des rézosocios qui m’ont mis sur la piste de ce concert de Sugarfields, dans la microscopique salle du Bouffon de la Taverne. Le nom est récent, mais les lecteurs se souviendront peut-être que j’avais chroniqué un concert de Primasch il y a un peu plus de deux ans: c’était le même endroit, au sous-sol de la Taverne de la République.

The Erkonauts à Genève 0

Forsaken World/The Erkonauts/Cosmosonic à Genève

Ales Campanelli, le bassiste et chanteur de The Erkonauts, a une habitude assez sympathique pour son anniversaire: il organise un concert de metal avec des potes. C’était déjà le cas l’année passée et, cette année, c’était le groupe français de death-metal mélodique Forsaken World et le stoner genevois de Cosmosonic qui encadrait sa formation, pour un concert 100% local et 100% metal à l’Écurie.

Nightwish à Lyon 2

Amorphis, Arch Enemy et Nightwish à Lyon

Quand on est fan, il n’y a pas de lundi qui fasse: si vos groupes préférés passent dans la région, c’est banzaï et puis c’est marre! Donc, ce lundi soir, déplacement à Lyon pour voir Amorphis, Arch Enemy et Nightwish qui passent à la Halle Tony Garnier. En théorie.

Ghost à l'Usine, 19 novembre 2015 2

Ghost à l’Usine

Ghost et moi, c’est l’histoire d’un coup de foudre: il y a six mois, je ne connaissais pas ce groupe suédois, qui propose une variante de hard-rock typé Californie 1974, mais avec des costumes absurdes et un fond de satanisme d’opérette. Et donc, hier soir, j’assiste à leur passage à l’Usine de Genève.