« Worldwar », la tétralogie de Harry Turtledove

Dans le vaste foutoir qu’est le genre science-fiction, il y a un style qui me branche particulièrement, c’est l’uchronie. C’est pourquoi, au détour d’une librairie à Kyoto, je me suis lancé dans la tétralogie Worldwar de Harry Turtledove, l’un des grands maîtres de l’histoire alternative.

En deux mots, une civilisation extra-terrestre débarque sur Terre avec l’intention de coloniser la planète. Problème premier: leurs infos ont huit cents ans de retard et ils n’avaient pas prévu que les autochtones évolueraient aussi vite. Problème second: ils débarquent en 1942.

On suit donc, dans la grande tradition du roman américain, une foultitude de personnages impliqués dans la guerre, en suivant la chronologie des combats; ainsi, on apprend souvent les conséquences d’une opération vécue par un personnage au travers des commentaires d’autres personnages, ce qui permet à l’histoire de se dérouler de façon assez fluide.

Les personnages, historiques ou fictifs, viennent d’URSS, d’Allemagne, d’Angleterre ou des USA, à de rares exceptions près, ce qui donne au récit un biais « occidental » un peu décevant. Paradoxalement, la partie « humaine » (à savoir les personnages) est pour moi la moins intéressante: ça reste plutôt bateau, même s’il y a des surprises (comme des protagonistes qui se font dézinguer sans prévenir).

J’ai été plus intéressé par des questions sociales et « matérielles » soulevées par le bouquin. Par beaucoup de côtés, on y trouve les mécanismes des histoires post-apocalyptiques: les extra-terrestres détruisent les infrastructures des grandes nations terriennes et les survivants doivent continuer à vivre sans électricité, sans eau courante… ni cigarettes. Tout le côté militaire et technologique est également très intéressant et, de mon point de vue, plutôt crédible: même si les Terriens parviennent à capturer du matériel extra-terrestre, il leur faut plusieurs mois pour commencer à comprendre comment il fonctionne et, avec beaucoup de chance, l’exploiter.

Je suis en train de finir le deuxième volume et il me manque la fin de la tétralogie, mais c’est plutôt plaisant à lire, pour ceux qui s’intéressent aux uchronies et à la Seconde Guerre mondiale.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Djemaa dit :

    Bravo pour le blog! A bientôt! Pascal.
    pascaldjemaa.over-blog.fr

  2. killerklown dit :

    Super ton Blog tonton !
    Par contre je te maudis ! Comme si j’avais pas assez de bouquin ! Et voilà que tu me donnes envie de lire (dc d’acheter) une tétralogie !
    Sans rancune quand même

    • Alias dit :

      @killerklown Si tu veux vraiment avoir peur, je suis en train de lire la suite (Colonization)et c’est une trilogie. 🙂

      Et en plus, il y a un dernier bouquin (Homeward Bound) qui conclut les deux cycles. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :