MaYaN: Antagonise

De temps en temps, ça fait du bien de lâcher les bourrins et, Antagonise – second album des Hollandais de Mayan (également adepte des graphies alternatives avec MaYaN), découvert grâce à Progressive Area – fait ça très bien, avec en prime une coloration très politique.

Mayan, c’est du métal symphonique qui s’aventure quelque peu sur les plate-bandes du métal progressif et du death mélodique, avec voix masculines growls et claires – un peu comme un Symphony X qui s’inspirerait de Dream Theater. Ce n’est pas forcément très original, mais c’est efficace.

Derrière une pochette très impressionnante, Antagonise compte onze pistes – plus une en bonus, « Descry », qui a l’originalité de se placer en tout début d’album et de lui offrir une intro instrumentale bien épique. Comme il se doit dans ce genre, on a une alternance de morceaux courts et de pistes moyennes à longues (entre six et huit minutes), pour un total de presque soixante-cinq minutes.

Il faut dire ce qui est: original ou pas, Mayan sait jouer avec les différentes ambiances qui composent leur genre de prédilection. On a beaucoup de passages bien épiques (« Bloodline Forfeit », « Redemption ». Devil in Disguise »), des constructions pas mal alambiquées et progressives (« Burn Your Witches », « Human Sacrifice »), le tout appuyé par des musiciens plus que compétents, notamment une section rythmique implacable, et servi par une production à grand spectacle.

Après, si on a du mal avec les sonorités death, notamment les voix, il y a des passages qui risquent de faire grincer des dents. Je pense qu’il y a quelques années, j’aurais été de ceux-ci, mais comme je le mentionnais il y a peu en commentaire, les voix growls, c’est un goût acquis. On s’y fait, à la longue. Et, pour ceux qui n’aiment pas ça, il y a toujours l’interlude Bel Canto « Insano »…

Du coup, je suis plutôt d’accord avec la chronique du collègue: Antagonise est un excellent album, suffisamment varié pour ne pas fatiguer sur la distance – et avec plus d’une heure de durée, c’est un exploit. Les amateurs de métal symphonique qui mord devraient se ruer dessus, genre hier.

Bonus: la lyrics video de « Faceless Spies », dernière piste de l’album:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :