Mistercake: Fill Empty Spaces

À force de vous sortir des groupes aussi improbables, vous allez finir par croire que je vous les invente par pur désœuvrement, mais Mistercake existe non seulement, mais il m’a parlé! Enfin, écrit; du coup, cette critique est un peu une commande, ce qui prouve que, lentement mais sûrement, Blog à part est en train de devenir le site de référence en matière de musiques bizarres, de groupes introuvables venus d’horizons improbables, le Télérama du prog et assimilés, muhahaha!

Euh…

Bon, donc, Mistercake. J’ai un peu hésité à faire une demi-chronique, vu que ce qu’ils proposent pour le moment sur leur site, c’est un demi-album. Fill Empty Spaces est le premier morceau – de vingt-cinq minutes tout de même – d’un concept auto-baptisé “diptyque schizophrénique”. Le second, Drain Twisted Cells, est annoncé pour mai.

Certes, me direz-vous car vous avez des lettres, mais qu’est-ce donc que ce Mistercake? Comme je le disais précédemment, de la musique bizarre par un groupe introuvable venu d’horizons improbables (en fait, de Nice; on a vu plus improbable, à part peut-être la présence de non-retraités à Nice). Mais, plus clairement, ce Fill Empty Spaces est un ensemble de sonorités, tantôt post-rock, tantôt post-prog façon Porcupine Tree ou Anathema-des-derniers-jours. C’est plutôt planant, calme et peu propice au head-banging.

Disons-le tout net, ce n’est pas un groupe qui va révolutionner le post-whatever, sinon par l’utilisation d’un nom qui, dans le genre stupide, en remontrerait à des Big Big Train. Néanmoins, Mistercake fait bien les choses: sa musique est très écoutable et même plaisante, pour qui peut écouter ce genre de choses sans s’endormir ou avoir envie de tuer quelqu’un (ce qui est mon cas, comme le prouve le fait que j’écris ces lignes au lieu de ronfler sur le clavier ou de passer mes nerfs sur le voisinage).

À vrai dire, je regrette un peu qu’il n’y ait que ça à se mettre sous le tympan: le groupe écume la région niçoise depuis maintenant pas loin d’une décennie, un seul morceau, fût-il kilométrique, c’est un peu pauvre. Souhaitons donc que Drain Twisted Cells arrive en temps et heure et, avec lui, bientôt d’autres morceaux.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Mistercake: Fill Empty Spaces”

%d blogueurs aiment cette page :