Paladin chatoyant, et fier de l’être

Même si la dernière fois que j’ai joué à D&D, il y avait encore une URSS, je suis désormais un paladin chatoyant. Eh ouais! Il faut dire qu’il s’agit là d’une initiative de l’association Aux portes de l’imaginaire, à laquelle je m’associe avec enthousiasme.

Le manifeste revient sur des râlaisons de quelques individus, parfois bien intentionnés mais souvent confits dans des attitudes rétrogrades, et pose quelques évidences sur des sujets tels que la toute-puissance du meneur de jeu, l’inclusivité et la bienveillance.

Le jeu de rôle a changé et, non, ce n’était pas mieux avant. C’est une discussion que j’ai récemment eue avec Eric Blaise, auteur et podcasteur, et pour laquelle j’avais un instant songé lui fournir une contribution audio. Je n’ai pas eu le temps alors et, récemment, j’ai songé à écrire un article sur le sujet – avant de découvrir que j’en avais déjà écrit un il y a près de dix ans.

J’ai commencé le jeu de rôle à une époque où on n’avait pas de jeux en français. Du tout. La première traduction de D&D est arrivée quelques mois avant mes débuts et il a fallu attendre un an avant d’avoir le premier jeu en français.

En général, à cette époque, les jeux étaient des gros bouquins chers, en noir et blanc, mal illustrés et mis en page à la machette. Je ne vous parle pas des typos; ça, quelque part, ça n’a pas beaucoup changé.

Alors oui, à l’époque, le jeu de rôle était une révolution pour ce que l’on n’appelait pas encore « les cultures de l’imaginaire ». C’était génial et on s’est éclaté avec ce qu’on avait. Trente-sept ans plus tard, je ne suis plus aussi enthousiaste sur cette époque.

Depuis, on a vu se multiplier les jeux, les gammes, les univers, les mécaniques, les concepts. On a commencé à réfléchir sérieusement à ce qu’est un jeu de rôle, comment ça marche en dedans, au lieu de faire des trucs en mode YOLO.

Les règles et les systèmes sont devenus plus synthétiques; les jeux ont abandonné leur héritage du wargame pour être plus accessible. En parallèle, la qualité de présentation a monté en flèche: mise en page pro, illustrations qui pètent, couleur, etc.

Alors, comme le dit le manifeste des paladins chatoyants:

Oui, le principal reproche que vous pouvez nous faire est d’essayer de populariser et démocratiser au mieux ce loisir. Certains peuvent se sentir dépossédés et trahis par ces actions.

(Laurent Gärtner)

J’ai vu des joueurs affirmer, en 2019, que le seul jeu qui vaille la peine d’être jouer, c’est une relique à peine révisée de l’époque en question. C’est l’équivalent du vieux qui regarde son petit-fils sur sa console de jeu et qui chouine que, de son temps, on s’amusait très bien avec deux bouts de bois et de la ficelle. C’est aussi une insulte à toutes les créatrices et tous les créateurs qui ont conçu des jeux ou des bouts de jeux depuis quarante-cinq ans.

Oui, comme moi, par exemple, mais pas que.

Je ne reviendrai pas non plus sur la question de l’inclusivité et de la bienveillance. J’allais dire « je me suis déjà étendu sur la question » et je me suis dit que ça allait mal être interprété. Mais bon, vous voyez l’idée. Je résumerais juste en disant que vouloir faire l’impasse sur ces deux aspects dans la pratique du jeu de rôle est un comportement de connard.

Que vous préfériez jouer à la toute première édition de L’Appel du Donjon (boîte prismatique) entre mecs, c’est votre problème. Je ne juge pas. OK, je ne juge plus. Mais vouloir imposer cette vision à tous les rôlistes, non. Juste non.

Donc voilà. S’il faut pour cela que moi, qui déteste les déguisements et qui en général est habillé en mode « cinquante nuances de noir », devienne un paladin chatoyant, alors faites péter la plate-mail bariolée!

Comme je n’ai pas trouvé d’image de paladin libre de droits, j’ai repris et bricolé à ma sauce (moche) cette image d’un howitzer autopropulsé M109 A7 “Paladin”, via Wikimedia Commons.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

7 réflexions au sujet de “Paladin chatoyant, et fier de l’être”

  1. Merci Alias pour ce billet de blog 😀

    Alors, il faut savoir qu’un des points de départ de cette réflexion et de cette envie de clarifier les choses pour l’association (et ainsi avoir une ligne directrice pour nos actions et expliquer celles-ci aussi) est une rencontre au Game’in Reims de cette année assez proche de ce que tu décris sur le grand-père qui voit son petit fils sur la console de jeu. Une jeune fille d’une douzaine d’année accompagnée de son père, qui nous a fait tout une tirade “anti-narrativisme” expliquant que le seul jeu de rôle qui valait d’être joué était D&D, le reste, ça n’arrivera jamais à sa cheville, avant de conclure à sa fille intéressée par découvrir le jeu de rôle (avec un père rôliste, c’est un comble de n’avais pas eu l’occasion de jouer au moins une fois) avec MoldUS (jeu de rôle hautement narrativo-végan) que “le jeu de rôle, ça se mérite”… Sous entendu, y’a que D&D qui compte. J’avais déjà évoqué il y a trois ans la problématique du manque de popularité de notre loisir (expliqué par le fait que nous rejetons facilement l’autre en donnant un gros côté élitiste au bouzain), force est de constater que la situation n’évolue pas vraiment et qu’il faille régulièrement rappeler que le jeu de rôle n’est pas que l’exclusive propriété des rôlistes.

    Répondre
      • Le père, bien entendu… elle “méritera” sans doute de jouer aux jeux de rôle quand elle maîtrisera toutes les finesses des règles de l’Unearthed Arcana ou du Dungeoneer Survival Guide 😀

        Répondre
        • “MA FILLE, TU POURRAS JOUER AU JEU DE RÔLE SEULEMENT QUAND TU MAÎTRISERAS LES TABLES D’AJUSTEMENT DU JET POUR TOUCHER SELON L’ARME ET LE TYPE D’ARMURE!”

          Ou un truc du genre.

          Répondre
          • Nan, mais MoldUS, c’est quoi ce jeu, y’a même pas une table de TAC0 et en plus, on lance toujours les dés pour faire moins… c’est pas du jeu de rôle !

            Répondre
  2. Bah l’inclusion a toutes les sauces me saoule perso; c’est assez rare que ce sujet arrive sur une de mes parties. J’avoue mes joueurs sont assez souvent tendance murder hobo mais pas toujours. Le sexe quelque soit son orientation est un sujet délicat et est évité dans nos parties. Qu’il soit inclusif ou pas d’ailleurs. Après le côté d&d ou rien, non merci. Mais il est quand même assez difficile d’arriver à avoir des parties ou ça bourrine pas. Mes deux filles n’ont jamais faits de jdr; et aucune des deux n’a manifesté de l’intérêt; par contre la grande fait de temps en temps du plateau avec nous; pour autant que ça ne soit pas un jeu de gestion…

    Répondre
    • Ici, la question n’est pas l’inclusion à toutes les sauces. C’est l’inclusion tout court, et encore: en mode “si tout le monde est d’accord”. Si même ça c’est trop, toi et moi avons un problème.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :