Premiers pas avec mon nouveau MacBook Pro

Ça y est! Ma nouvelle machine est enfin arrivée: un MacBook Pro 2.8 GHz, avec un demi-tera de disque, 4 GB de RAM et, surtout, un écran mat. Ah, j’en rêvais de ce nouveau portable à écran mat quinze pouces – au point d’envisager passer au 17″ si Apple ne se bougeait pas son arrière-train coté en bourse. Il a bougé, j’ai craqué et maintenant, il est à moIIIIIII!!!one

Excusez-moi: une rechute. Les médicaments commencent à faire effet, mais on n’est jamais complètement à l’abri.

Bref, nouvelle machine. Première constatation: moi qui croyait que mon ancien MacBook pro (la première génération) avait un design impressionnant, j’ai l’impression de voir une console de jeu soviétique, à côté de cette nouvelle machine (je devrais avoir l’habitude: je me suis dit la même chose en passant du G4 titane au MBP). La coque unibody est vraiment impressionnante, ajustée de façon quasi-parfaite; rien ne dépasse (ou peu s’en faut).

Deuxième constatation: le clavier est vraiment, vraiment très bien. J’avais quelques inquiétudes, façon traumatisme de la petite enfance en pensant au ZX Spectrum de ma jeunesse et son clavier en gomme. Rien de tel ici: l’espacement permet d’éviter la horde de typos qui hantaient mes séances d’écriture et le toucher est très agréable. Le trackpad-bouton est un peu plus bizarre, mais on s’y fait assez vite.

L’écran mat est un must. Qu’on ne s’y trompe pas: l’écran brillant est très chouette, très lumineux et avec un rendu des couleurs assez impressionnant, mais je doute fortement du confort d’utilisation: j’ai l’impression de voir un miroir et je n’ose même pas imaginer bosser avec ce genre d’engin dans une salle éclairée au néon. Par rapport à mon ancienne machine, j’ai néanmoins l’impression que cet écran mat-ci est un peu trop lumineux et pas assez contrasté, mais ça reste très agréable.

Je suis un peu moins enthousiasmé par la connectique: le port Firewire 800 m’a agacé, surtout parce que pour transférer les données de l’ancien portable, ça demande un adaptateur que je n’ai pas. La bonne nouvelle est que ce transfert de données peut désormais se faire par Ethernet ou, pour les suicidaires, via Airport (faut vouloir transférer 240 GB par Airport, par contre…). Le port vidéo en mini-DisplayPort n’est pas non plus très agréable, surtout quand Apple facture les adaptateurs à part.

Pour le moment, j’en suis là: je n’ai pas encore eu le temps de tester la durée de vie de la batterie, qui n’est plus amovible mais a gagné en revanche quelques heures en autonomie, ni la rapidité du bidule, mais pour le moment, je n’ai aucune raison de me plaindre – et ce d’autant plus que, toutes choses étant égales, il m’a coûté presque 35% de moins que l’ancien à l’époque. Ça reste cher, mais pour un engin de cette qualité, ça vaut chacune de ses microroubles!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :