Robert Reed: Sanctuary

Je ne sais pas ce qu’il y a dans l’air, ces temps-ci, mais une véritable frénésie de remixage oldfieldien semble s’être emparée de plusieurs musiciens. Dernier en date, le sieur Robert Reed, qui nous livre avec Sanctuary une réinterprétation des thèmes musicaux du maître, période 1974-1982.

Bon, disons-le: j’ai beau être un fan de Mike Oldfield – ou peut-être à cause de cela, justement – j’ai du mal à trouver un intérêt à cet album, passé le côté amusant de l’exercice. Car oui, c’est un album plaisant, qui imite les grands classiques tant dans sa forme – deux morceaux d’une vingtaine de minutes (plus quelques bonus) – que dans son fond.

Mais Sanctuary souffre des mêmes carences que son quasi-jumeau, Backdrop de The Healing Road: ce n’est pas grand-chose de plus qu’un réarrangement de mélodies et de sonorités tirées des grands morceaux de Mike Oldfield, de “Tubular Bells” à “Taurus 2”.

Certes, l’ensemble est plutôt inspiré, mais pour le fan qui connaît ces morceaux sur le bout des tympans – et laissez-moi vous dire que du Mike Oldfield, j’en ai bouffé des kilomètres, pendant ma folle jeunesse! – ça ressemble plus à un exercice de copier-coller qu’à un réel album.

J’exagère un peu, mais juste un peu et surtout parce que ça m’agace: autant j’aurais aimé pouvoir aimer cet album, autant cette approche à la limite du plagiat me pourrit l’ambiance. Dans le genre, j’ai nettement préféré le dernier album de Spleen Arcana, qui utilise l’œuvre olfieldienne plus comme une inspiration, sans chercher l’imitation à tous crins.

Et c’est d’autant plus dommage que l’on sent en Robert Reed le musicien compétent, voire talentueux. Il est d’ailleurs conscient d’être un peu sur le fil du rasoir avec Sanctuary, mais à mon avis, au petit jeu de “jusqu’où aller trop loin”, il n’a pas vraiment gagné ici.

S’il est vrai que l’art ne saurait exister sans une bonne dose de repompage, je trouve que le sieur Robert Reed va ici un chouïa trop loin dans la démarche. Je l’ai dit au début et je le redis ici: Sanctuary est un album qui est objectivement très agréable, mais ceux qui comme moi ont Mike Oldfield fermement implanté dans leur ADN musicophile risque de trouver le mélange un peu trop riche.

Pour vous faire une idée, un extrait de la première partie:

https://www.youtube.com/watch?v=e8wWGAy5W4c

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur “Robert Reed: Sanctuary”

%d blogueurs aiment cette page :