RPWL: Wanted

Dans la série « que vais-je bien pouvoir dire de cet album? », aujourd’hui c’est au tour de Wanted, le dernier album du groupe allemand de néo-prog RPWL. Comme souvent, le problème est que l’album n’est pas assez mauvais pour que je le descende en flammes, pas assez moyen pour que je l’ignore et pas assez bon pour que je l’encense.

Pourtant, l’idée d’avoir un concept album centré sur le concept d’une religion devenue totalitaire, forçant les derniers esprits libres à vivre dans la clandestinité, aurait pu donner quelque chose de potentiellement intéressant. Seulement j’ai un peu l’impression que RPWL ressasse son néo-prog fortement teinté d’inspirations floydiennes et le fait avec un peu trop d’application.

Pour tout dire, pour un concept album qui parle de révolution, je trouve qu’il n’y a pas grand-chose qui dépasse. Oh, certes, l’ensemble est de très bonne tenue, avec de belles mélodies, des musiciens compétents et une production propre. Mais si j’étais méchant, je dirais que ça aurait pu être le fait d’un groupe suisse.

Après, reste que l’album livre quand même quelques réussites sur les dix pistes qu’il compte, comme « Swords and Guns », « Wanted » ou « Perfect Day », mais qui restent quand même très classiques par rapport à la production du groupe.

Honnêtement, Wanted est un bon album. Seulement, c’est juste un bon album; rien de génial, ni de transcendant. RPWL nous avait habitué à mieux que juste bon.

Bonus, la vidéo (animée au Néocolor) de « Swords and Guns »:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :