Strong Female Protagonist

Parmi mes découvertes récentes en matière de webcomics, il en est une qui n’est pas si récente que cela, mais à laquelle je n’ai commencé à m’intéresser qu’à la faveur d’une campagne de financement participatif: Strong Female Protagonist, de Molly Ostertag (dessins) et Brennan Lee Mulligan (scénario).

Strong Female Protagonist – SFP pour les intimes – est une histoire de super-héros, sauf que non. Pour être précis, c’est l’histoire d’une adolescente américaine qui se découvre une super-force (genre casser des murs de béton d’un coup de poing – plusieurs murs) et rejoint un groupe d’autres super-héros, avant de tout plaquer pour reprendre des études.

Derrière l’histoire de ces personnes, nées un beau jour de 1990 et soudainement dotées de pouvoirs inimaginables, se dessine la question classique de la place des super-héros dans la société et de comment arriver à gérer à la fois l’adolescence et les super-pouvoirs.

C’est certes classique, mais c’est plutôt bien fait, avec deux-trois idées, notamment sur l’effet que de tels pouvoirs peuvent avoir sur des personnages autrement normaux et la différences entre les « gentils » et les « méchants ». On a aussi une héroïne qui avoue fantasmer sur le fait de tuer des gens. Ça calme.

Niveau dessin, ce n’est pas particulièrement décapsulant, avec un trait qui fait un peu « bédé underground« , mais ça fait le job. Le trait de Molly Ostertag s’affine avec le temps et les planches passent en couleur à partir de l’actuel volume (le cinquième).

Il y a environ 300 planches, à l’heure actuelle, ce qui devrait vous occuper un moment. Le webcomic est régulièrement mis à jour tous les mardis et vendredis. La campagne de financement, qui a atteint presque 800% du montant initialement réclamé, a permis la publication d’un premier recueil, qui ne devrait pas tarder à sortir.

Si les superhéros ne vous donne pas des boutons (d’acné) et que vous cherchez une série qui sort un peu des sentiers battus, je vous recommande de vous intéresser à Strong Female Protagonist. C’est bourré de bonnes idées.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :