Subliminal Fear: Escape from Leviathan

Subliminal Fear: Escape from Leviathan

Après les Suisses de Clawerfield, voici le deuxième groupe découvert via l’article de Clair & Obscur sur le cybermetal. Subliminal Fear est une formation italienne qui propose, avec Escape from Leviathan, un troisième album très élaboré, jouant sur les équilibres.

Il se caractérise par un metal qui, s’il a les caractéristiques habituelles du cybermetal – indus et gros synthés – emprunte également au metal progressif, avec des constructions complexes, ainsi qu’au metal symphonique. Le tout s’accorde plutôt bien ensemble, avec un classique duo de voix death et claire (et quelques virgules au vocodeur).

Escape from Leviathan est un album de dix pistes, chacune faisant entre quatre et six minutes et titrée en majuscules parce que CYBER (je suppose), ce qui agace quelque peu mon typographe intérieur. Le tout fait un peu moins de cinquante minutes.

Un des défauts du cybermetal, c’est que, comme pour tous les genres un peu typés musicalement, il a vite tendance à tourner en rond. C’est un écueil que Subliminal Fear semble éviter: Escape from Leviathan incorpore suffisamment d’éléments extérieurs pour que la lassitude ne s’installe pas.

C’est aussi un album qui, malgré ses thèmes très noirs, garde un aspect lumineux, voire positif, notamment sur « ESCAPE FROM LEVIATHAN » et sa grosse composante symphonique ou sur « LIVING IN ANOTHER WORLD ».

Si je devais le comparer à l’album de Clawerfield, je dirais qu’Escape from Leviathan est moins rentre-dedans, plus subtil et peut-être un peu plus élaboré, aussi. C’est aussi un album qui intègre plus d’influences extérieures à la sphère indus-électro et qui les intègre d’ailleurs de façon plus élégante.

Vous pouvez l’écouter et le télécharger sur la page Bandcamp du groupe et je vous recommande d’y jeter une oreille, surtout si cette branche « futuriste » (ou rétro-futuriste, techniquement) du metal vous intéresse ou, plus largement, si vous aimez les trucs qui bougent mais qui restent un peu subtils et mélodiques.

Flattr this!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :