Subterranean Masquerade: Vagabond

Subterranean Masquerade: Vagabond

Subterranean Masquerade est un groupe israélien de rock progressif que j’ai découvert lors de leur passage à l’Undertown de Meyrin, avec Orphaned Land. J’avais été suffisamment enthousiasmé par leur performance pour acheter leur deux derniers albums dans la foulée, dont ce Vagabond.

Quand je parle de rock progressif pour Subterranean Masquerade, c’est un raccourci pour parler de rock progressif psychédélique orientalisant teinté de metal. Oui, rien que. Et si leur performance scénique était impressionnante, je me demandais un peu à quoi pouvait ressembler leurs albums. Spoiler: ça remue moins, mais c’est bien quand même.

Vagabond compte neuf pistes, généralement entre cinq et sept minutes, pour une durée totale d’un peu plus de quarante-sept minutes. Le côté prog de certaines compositions donne l’impression d’un album plus long, mais ce n’est qu’une impression.

Il faut être honnête: le mélange prog-psyché-doom-metal-folk-oriental de Subterranean Masquerade est parfois un peu bordélique. Je soupçonne cependant que « bordélique » fait aussi partie de l’identité musicale du groupe. Cependant, il prouve qu’on peut être à la fois bordélique et maîtrisé.

À l’écoute de Vagabond, on peut parfois avoir l’impression que l’album part dans tous les sens, entre une intro de style indien et un duo piano-saxo qui rappelle Supertramp (« Place for Fairytale ») et des growls death-metal (« Nomad »).

Néanmoins, l’ensemble tient la route et, sur la distance, apparaît bien plus cohérent. Et, malgré des incartades bizarroïdes, la musique de Subterranean Masquerade est très accessible.

Hormis quelques morceaux sympas, mais oubliables (comme les reprises de « Come as You Are » et « Space Oddity »), il y a quelques belles pistes (« Hymn of the Vagabond » est très chouette, notamment) et des arrangements orientalisants très réussis.

Si Vagabond est somme toute assez différent en album qu’en live, il y a des points communs: une énergie impressionnante, notamment, et une maîtrise du sujet. En concert, on perd quelques éléments, comme la section cuivre, mais on y gagne en clarté.

J’ai aussi écouté le précédent album, Early Morning Mantra, et il est très sympa aussi – moins typé indo-oriental, par contre. Si vous cherchez du rock progressif avec une coloration musicale originale, je ne peux que vous recommander Subterranean Masquerade. Vagabond est disponible sur Bandcamp.

Et, surtout, s’ils passent en concert dans votre coin, ne les ratez pas!

Bonus: la non-vidéo de “Kippur”

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Subterranean Masquerade: Vagabond”

%d blogueurs aiment cette page :