Sur la route de Moshi

Jusqu’à ce matin, la version locale de l’Afrique m’avait plus frappé par ses similitudes avec ce que je connaissais déjà qu’avec ses différences. Il faut aussi dire que, ce que j’en avais vu, c’était 50 km de route, de nuit, et un centre-ville provincial, certes, mais passablement occidentalisé.

Ce matin, j’ai pris la route qui sépare Arusha de la ville voisine de Moshi, à environ 80 km. Du coup, cela change pas mal de perspectives. Les véhicules tous pourris, crachant une épaisse fumée noire et dans (ou sur) lesquels s’agglutinent des dizaines de personnes, l’absence quasi-totale de signalisation, les piétons qui sont presque partout sur le bord de la route, les courageux cyclistes, les troupeaux qui paissent sur le bas-côté de la route, les maisons, les enseignes…

Je ne sais pas si c’est du cynisme occidental ou une façon de se rattacher à ce qui est familier, mais je reste toujours néanmoins fasciné par les similarités. Afrique ou Europe, ça reste une petite planète.

Ou alors c’est moi qui ai un petit esprit…

Naviguer dans cette série

Le chat d’ArushaRelativité culturelle et bande passante

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :