Étiqueté : Australie

Voyager: Ghost Mile 0

Voyager: Ghost Mile

Il y a des groupes dont on n’attend pas forcément des merveilles et qui parviennent à vous surprendre. Ghost Mile, du groupe de metal progressif australien Voyager, fait partie de ces surprises – pas tant par son originalité, mais par sa qualité globale.

sleepmakeswaves: Made of Breath Only 0

sleepmakeswaves: Made of Breath Only

Un jour, j’écrirai un article sur la difficulté d’écrire des chroniques sur des albums qui se résument à « c’est bien, mais c’est juste bien » et je l’illustrerais notamment avec ce nouvel album de sleepmakeswaves, Made of Breath Only. Vous me direz que c’est aussi à cela que sert ma rubrique « les restes du samedi« , ce qui n’est pas faux.

Plini: Handmade Cities 2

Plini: Handmade Cities

Quatrième groupe présent à Aarau vendredi prochain, voici Plini. Il faut dire ce qui est: le visuel de ce Handmade Cities, dans un style surréaliste-WTF rétro-postmoderne, est un très bon indicateur du genre de musique que le sieur Plini nous propose: un prog moderne, instrumental, avec un côté « Satriani plus les psychotropes ».

Be'Lakor: Vessels 0

Be’Lakor: Vessels

Je ne sais pas s’il existe un terme désignant ce sous-sous-genre de death-metal mélodique tendance ultra-mélodique, mais ça serait le moment de l’inventer pour désigner Vessels, le dernier album du groupe australien Be’Lakor.

Aronora musicformessier Ovrfwrd 1

Les restes du samedi: Aronora, musicformessier, Ovrfrwd

Vous savez, ces albums que vous écoutez et que vous trouvez sympas, mais sans plus? Eh bien c’est ce pourquoi j’ai inauguré, il y a quelques temps, cette rubrique « Les restes du samedi », pour brièvement parler de tous ces albums que j’écoute, mais pour lesquels je me découvre incapable d’écrire plus d’une centaine de mots.

Caligula's Horse: Bloom 0

Caligula’s Horse: Bloom

À la fin 2015, les Australiens – oui, encore – de Caligula’s Horse ont sorti Bloom, un album qui a fait un certain bruit dans le petit monde du rock progressif, avec des chroniques sur plusieurs sites (notamment Clair & Obscur, Neoprog et même Angry Metal Guy). Comme je suis jeune et influençable (mais surtout influençable), je me le suis pris.

Teramaze: Her Halo 0

Teramaze: Her Halo

En écoutant l’album Her Halo de Teramaze, je me suis demandé qui pouvait bien faire un métal progressif aussi soigné et aussi bien foutu. Un rapide coup d’œil sur la chronique de Neoprog qui m’avait incité à m’y intéresser a confirmé mes soupçons: des Australiens. Encore. Y’a un nid.

Chaos Divine: Colliding Skies 0

Chaos Divine: Colliding Skies

Il y a quatre ans, le groupe australien Chaos Divine m’avait marqué par son approche du métal progressif résolument énergétique et originale (= pas un clone de Dream Theater). Le voici qui revient avec Colliding Skies, un nouvel album qui aurait dû concrétiser la bonne impression initiale, sauf que non.

Rise of Avernus: L’Appel du Vide 0

Rise of Avernus: L’Appel du Vide

Je sais que je vous ai beaucoup parlé d’excellents groupes français, ces derniers temps, mais les plus chauvins de mes lecteurs d’outre-Chancy vont devoir se faire une raison: Rise of Avernus est un groupe australien de métal symphonique, malgré le titre en français de son nouvel album, L’Appel du Vide.

Ne Obliviscaris: Citadel 0

Ne Obliviscaris: Citadel

Citadel, du groupe australien Ne Obliviscaris, est ce qui arrive quand des extrémistes décident de mélanger 50% de métal progressif, 50% de death et 50% de violons folk. Ça donne 150%, ce qui n’est pas toujours un gage, sinon de qualité, du moins d’écoutabilité.

0

Voyager: V

Je ne sais pas trop ce que les Australiens mettent de spécial dans leur bière, mais leur production en métal progressif qui dépote est assez exceptionnelle. Témoin V, cinquième (logique) album du groupe Voyager, qui vient se placer au milieu d’une scène déjà impressionnante, entre Breaking OrbitVanishing PointChaos Divine ou Karnivool.

0

Vanishing Point: Distant is the Sun

Décidément, les groupes australiens de métal sont capables de nous balancer de ces gemmes avec autant de facilité qu’ils jonglent avec les kangourous vénéneux ou les koalas à dents de sabre, ça fait un peu peur. Preuve en est le dernier album en date de Vanishing Point, Distant is the Sun.