concept album

64 posts

Coheed and Cambria: The Unheavenly Creatures

Coheed and Cambria: The Unheavenly Creatures

Ça fait un moment que je ne vous avais plus parlé de Coheed and Cambria. Leur nouvel album The Unheavenly Creatures – ainsi qu’un article paru chez mon confrère L’Ours inculte – est l’occasion de revenir sur ce qui est un chouïa plus développé que simplement un énième groupe américain de metal progressif.

Serenity: Lionheart

Serenity: Lionheart

En règle générale, j’avoue volontiers une tendresse coupable pour les albums de power-metal symphonique, malgré tout leurs aspects kitsch et leurs claviers “pouët-pouët-licorne” – selon l’expression d’une amie. Pourtant, j’ai du mal avec Lionheart, dernier opus en date de Serenity.

Moonspell: 1755

Moonspell: 1755

Il paraît qu’à ses débuts, Moonspell, c’était quelque chose de brutal. Moi qui n’ai découvert le groupe qu’assez récemment – avec Alpha Noir – j’ai plutôt été attiré par son côté mélodeath et par l’hommage massif à Sisters of Mercy sur le précédent album, Extinct. Ce 1755 est d’une autre trempe et, pour certains, c’est une forme de retour aux sources.

Lonely Robot: The Big Dream

Lonely Robot: The Big Dream

Le rock progressif est un genre qui a produit son lot de supergroupes – il est même possible qu’il soit à l’origine du terme. Lonely Robot est un de ces projets “all-stars” qui ont fleuri ces dernières années, projet que je découvre avec ce nouvel album The Big Dream.

Evergrey: The Storm Within

Evergrey: The Storm Within

L’âge a quelque peu calmé les Suédois d’Evergrey: leur nouvel album, The Storm Within – un concept autour d’une histoire d’amour interstellaire – a un côté très policé, presque civilisé, qui contraste quelque peu avec le metal progressif énervé et rageux de leurs débuts. Mais c’est juste un côté.

Dream Theater: The Astonishing

Dream Theater: The Astonishing

Lorsque Dream Theater a annoncé son nouvel album, The Astonishing, les prog-heads de la planète ont doublement dressé l’oreille. D’abord, parce que Dream Theater et ensuite parce que le groupe américain annonçait un double album, trente-quatre pistes et deux heures et demie de musique.

Gazpacho: Molok

Gazpacho: Molok

Gazpacho est un groupe bizarre. Bon, OK, il y a le nom, mais pas que. Il y a aussi un amour pour les concepts bizarres et pour une musique lente, mais qui sait distiller des ambiances inquiétantes. Molok, leur dernier album en date, en est la preuve.

The Odd Gallant: AM

The Odd Gallant: AM

Alerte copinage: The Odd Gallant, projet de rock progressif, est le fait du musicien français Guillaume Cazenave, qui m’a contacté pour parler de AM. Ceci est donc une forme de service de presse et je suis du coup mal placé pour dire du mal de son premier album (sous ce nom de projet; son cinquième en tout). Ce qui tombe bien, parce que ce AM est objectivement plutôt bon.