Étiqueté : death-metal

4

Insomnium à Annemasse

Et allez, deuxième concert et autant de jours, cette fois-ci j’embarque avec Fulgan, qui est mon ami avant d’être mon beau-frère, pour aller voir Insomnium et leur death-metal mélodique. Direction Château Rouge, une très...

Devilment: II – The Mephisto Waltzes 0

Devilment: II – The Mephisto Waltzes

Il faut dire ce qui est: le death mélodique, c’est cool, mais ça se prend quand même pas mal au sérieux. C’est pourquoi l’arrivée de Devilment sur ma platine, avec leur deuxième album, The Mephisto Waltzes, sonne comme un souffle d’air frais – mais plus metal que air, en fait.

0

Harakiri for the Sky: Arson

Voilà un album qui ne cache pas son jeu: avec Arson, du duo autrichien Harakiri for the Sky, c’est du comme-son-nom-l’indique-metal! La brutalité d’un suicide rituel, des envolées vers le ciel et toute la beauté et la sauvagerie d’un incendie volontaire.

0

Dreamshade: Vibrant

En relisant un peu au hasard certains de mes vieux billets, je suis tombé sur une chronique d’un groupe suisse, Dreamshade. Je me suis demandé ce qu’ils étaient devenus et paf! dix minutes plus tard, j’avais leur nouvel album, Vibrant, dans ma liste de lecture. Magie!

Ne Obliviscaris: Urn 0

Ne Obliviscaris: Urn

Dernier opus de notre série mélodeath, voici Urn, le nouvel album de Ne Obliviscaris. Il y a une raison pour laquelle j’en parle en dernier: c’est du metal progressif brutal, du secoué de première force!

Serenity in Murder: The Eclipse 0

Serenity in Murder: The Eclipse

En fait, le metal, c’est un truc fractal: même les sous-genres les plus obscurs comportent des sous-sous-genres. Toujours. Ou alors on peut voir ça comme des ensembles stylistiques disparates qui se rentrent dedans de façon à la fois lubrique et non-euclidienne, c’est selon.

Bref, j’ai écouté The Eclipse, de Serenity in Murder.

Flidais / Far Beyond 0

Les restes du samedi: Flidais / Far Beyond

Aujourd’hui, dans ces restes du samedi, je vous propose deux groupes de metal – les Canadiens de Flidais et le projet Far Beyond du musicien allemand Eugen Dodenhöft – qui sont loin d’être inintéressants, mais qui ont des influences un peu trop présentes.

Septicflesh: Codex Omega 2

Septicflesh: Codex Omega

Le hasard de l’ordre alphabétique dans mes listes de lecture fait que je retrouve parfois des albums qui se ressemblent. Ainsi, ce nouvel album de Septicflesh, Codex Omega, situé juste à la suite du dernier opus de Samael. Dans le genre “suite de délicatesses”, on ne fait pas beaucoup mieux.

Eva Can't: Gravatum 0

Eva Can’t: Gravatum

Un des inconvénients d’être un prog-snob et de se taper plus d’une centaine d’albums par année, c’est qu’on devient vite blasé. Dans ce contexte, Gravatum, le dernier opus de Eva Can’t, récupéré en service de presse via My Kingdom Music, est l’équivalent d’un concert punk dans une after de festival jazz. Et c’est une bonne chose.

Wintersun: The Forest Seasons 0

Wintersun: The Forest Seasons

On attendait Time II, mais le groupe finlandais de death-metal mélodique Wintersun nous livre à la place The Forest Seasons. Au moins, on reste dans la thématique du temps qui passe.

 

Aephanemer: Memento Mori 0

Aephanemer: Memento Mori

Tiens, ça faisait un moment que je n’avais pas passé un big up à Fred Bezies pour ses découvertes musicales. L’écoute de Memento Mori, premier album du groupe toulousain de death mélodique Aephanemer, est une excellente occasion pour rattraper mon retard en ce domaine.

Deus Ex Machina: A New World to Come 0

Deus Ex Machina: A New World to Come

À la base, le death-metal n’est pas mon genre préféré. Je suis prêt à faire des exceptions si c’est mélodique, progressif ou local. Points-bonus si c’est un combo. Hélas, les groupes de mélodeath progressif ne sont pas courants dans ma région, mais Deus Ex Machina s’en approche un peu avec son nouvel album, A New World to Come.

Mors Principium Est: Embers of a Dying World 1

Mors Principium Est: Embers of a Dying World

Bon, je vous préviens tout net: si vous n’aimez pas le death-metal, vous n’allez pas aimer cette chronique. Et probablement pas la prochaine, non plus. Mais commençons par le commencement: la mort. Ou, pour être plus précis, Mors Principium Est et leur nouvel album, Embers of a Dying World.

Gorgon: Titanomachy 4

Gorgon: Titanomachy

Depuis le temps, vous devriez connaître mes petites lubies: quand on me recommande un album, j’ai tendance à acheter d’abord et écouter ensuite. J’avoue, ce n’est pas toujours une stratégie gagnante, mais dans le cas de Titanomachy, de Gorgon, ça s’est avéré être une plutôt bonne idée. Pour le coup, la recommandation ne vient pas de Fred Bezies – même s’il en a aussi parlé – mais d’un des lecteurs du blog, Alopex.