Incorporated, saison 1

Incorporated

Ben Larson travaille pour Spiga, une multinationale de l’alimentation. En apparence, c’est un cadre ambitieux et doué. Mais, derrière Ben Larson, il y a Aaron Sloane, ancien réfugié climatique qui a usurpé l’identité d’un membre de l’élite pour retrouver celle qui l’aime. On est en 2074, les corporations dominent un monde ravagé par les crises et le changement climatique, bienvenue dans Incorporated!

Écoquartiers du XXIe siècle, mentalités du XIXe

Écoquartier Vauban, Fribourg

Au hasard de mes lectures, je suis tombé sur un article du site français Weka, intitulé Le comportement des habitants est inadapté aux écoquartiers. Il pose que le plus gros problème actuel que rencontre les quelques écoquartiers, c’est que les habitants en sont restés à une mentalité “hachélème” qui n’est pas du tout adapté à leurs spécificités.

 

Swisstopia, un coup d’œil sur la Suisse de 2035

Pont du Mont-Blanc, Genève en 2035, par Vincent HURON

Swisstopia est le nom d’un magazine, dont l’édition du 15 septembre 2035 est consultable en ligne sur le site de l’Office fédéral suisse du développement territorial. C’est aussi le nom d’un projet développé par la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève, qui a remporté le concours “Demain, la Suisse?”

Rade de Genève: contournement ou encerclement?

Bon, les non-Suisses dans la salle, je vous préviens tout de suite: on va causer politique d’en là par chez nous, de bleu! Comme régulièrement, nous avons ce que l’on appelle une votation à venir à la fin de ce mois. En d’autres contrées, on appelle ça un référendum, mais ça n’implique pas forcément d’insulter le gouvernement en place.

Faux arbres, vraies éoliennes

Faux arbres, vraies éoliennes

Suis-je encore écolo (et est-ce que ça doit se soigner)?

Or donc, jusqu’à peu, je me considérais comme un écolo: entre autres choses, je roule à vélo, je trie mes déchets et, surtout, je suis contre les OGM, les organismes génétiquement modifiés. Ce jusqu’à ce que je lise La démocratie des crédules et que je tombe sur cet article, A founder of the anti-GM food movement on how he got it wrong sur Macleans.ca (grâce à Tyrian Dunaédine sur G+).

L’injuste prix

Récemment, je suis tombé sur un bout d’informations à la télé. Hormis le fait que ça me rappelle pourquoi j’apprécie de moins en moins regarder les informations à la télé, j’ai été estomaqué d’entendre le commentateur parler du “prix des mesures antipollution”.

Communautés flottantes autonomes sur Atlantis

Communautés flottantes autonomes sur Atlantis

Sur mon vélo nucléaire

Ça fait un moment que ça me démangeait: j’ai acheté un vélo à assistance électrique. OK, techniquement, nous avons acheté un vélo à assistance électrique, ma dame et moi, mais pour le moment, je suis le seul de nous deux assez taré pour l’utiliser par ce temps. Je pourrais gloser un moment sur le fait que je parviens à augmenter mon bilan carbone en achetant un vélo, mais l’idée est précisément qu’elle puisse baisser le sien (de bilan carbone) à la belle saison, en troquant sa voiture contre cet engin.

Après quelques semaines d’utilisation, je dois avouer que j’appréhende un peu le moment où je devrais récupérer mon tromblon 100% pur musculaire. Il faut dire ce qui est: il y a des raisons tout à fait valables derrière l’actuel engouement pour les vélos électriques. Le principal étant que ça allie la versatilité du vélo et le côté pratique de la motorisation.

Lire plusSur mon vélo nucléaire

Ces îles highlanders qui nettoient l’océan

Ces îles highlanders qui nettoient l’océan

“Cette crédille qui nous ronge”, de Roland C. Wagner

Ça y est, j’ai enfin acheté un bouquin de Roland C. Wagner qu’il a écrit sous son vrai nom! Enfin, bon: avec les 136 pages de Cette crédille qui nous ronge, je n’ai pas pris le plus gros, non plus. En même temps, si la qualité des bouquins se décidait au poids, ça se saurait et, en l’occurrence, celui-ci est un petit bijou.

Parue à l’origine chez Fleuve Noir Anticipation en 1991, ce court roman s’attache à la personne de Quartz B., narrateur et garde du corps d’un ambassadeur terrien expédié sur une lointaine colonie (quand on n’a pas d’hyperespace, toutes les colonies extra-solaires sont lointaines).

Lire plus“Cette crédille qui nous ronge”, de Roland C. Wagner

En 2013, faire plus dans le moins

Cette année, j’ai décidé de ne pas faire de bonnes résolutions. À la place, je préfère me concentrer sur les deux que j’avais déjà mises en place en 2011 et en 2012, à savoir éviter d’acheter des gadgets inutiles et me débarrasser du bordel qui encombre.

Autant dire qu’il y a du boulot, surtout pour la deuxième partie. Parce que, je l’avoue, autant je pense avoir été ultra-raisonnable dans les achats (à part peut-être le gros casque Bose antibruit qui coûte un bras, mais qui est amorti dès le premier voyage en avion ou en train), autant il y a toujours autant de bordel chez moi, voire pire.

Lire plusEn 2013, faire plus dans le moins

Écologie et civilisation avancée

C’est un tout petit billet très court signé Warren Ellis, dont le contenu peut se résumer à son titre: Any Sufficiently Advanced Civilization Is Indistinguishable From Nature. Traduit dans la langue de Barjavel, toute civilisation suffisamment avancée est indistinguable de l’état de nature. C’est le titre d’un article du site Next Nature, qui joue bien évidemment sur la troisième Loi de Clarke.

Je ne sais pas pour vous, mais c’est une idée que je trouve juste brillante pour la science-fiction du XXIe siècle, qui devrait précisément parler du XXIe siècle. Le paradigme dominant est d’imaginer des civilisations avancées dépendant d’une technologie ubiquitaire et, surtout, visible (voire agressivement visible). Et si, au contraire, on posait l’idée que cette même civilisation avancée a, au contraire, réussi à contrôler son impact environnemental sans sacrifier son confort et son développement social et technologique?

Lire plusÉcologie et civilisation avancée

Et moi, et moi, et moi…

Ces temps-ci, le site d’information OWNI a un dossier très intéressant sur l’avenir de la démographie mondiale et, plus précisément, la chute de la natalité, volontaire ou non. Je profite du dernier article en date, intitulé Les idéologues d’un monde sans enfant, pour attirer votre attention dessus, même si je vous conseillerais de commencer plutôt par Après 2050 l’espèce humaine s’éteindra. Intéressant, mais, comme l’indique le titre, un peu biaisé.

Autant vous prévenir tout de suite: je n’aime pas les enfants. Non pas que je suis d’avis qu’il faut tous les tuer (bien qu’entre nous, les enfants, ben c’est pas des gens comme nous), mais c’est comme la glace à la vanille. C’est un choix 100% égoïste (partagé tout de même avec mon épouse), que je n’essaye même pas de rationaliser avec les arguments habituels des anti-parents: je n’aime pas ça et je n’en veux pas.

Lire plusEt moi, et moi, et moi…

Légèreté, An II

Ceux d’entre vous qui n’ont pas une mémoire aussi pourrie que la mienne se rappellent sans doute d’un billet que j’avais publié il y a un an, intitulé L’année de la légèreté et dans lequel je faisais (une fois n’est pas coutume), une résolution de début d’année: celle de faire spécialement attention à ne pas acheter des tonnes métriques de gadgets semi-utiles et, de façon générale, ne pas trop céder à la tentation consumériste.

L’emphase est sur “trop” et, après un an, je dirais que le bilan est mitigé. Certes, je n’ai acheté aucune nouvelle machine de bureau, ni de nouvel ordinateur portable – malgré les pannes à répétition auxquelles j’ai eu droit avec ce dernier. J’ai cependant craqué pour le nouvel iPhone 4S, mais, à ma décharge, c’était pour remplacer un 3 récupéré de Fulgan et que j’ai revendu à un voisin pour un pack de Guinness et un autre de Chimay (je crois que j’y gagne). Pour être complet, j’ai aussi acheté un disque SSD.

Lire plusLégèreté, An II