Étiqueté : goth

Sólstafir: Berdreyminn 1

Sólstafir: Berdreyminn

J’allais ouvrir cette chronique en affirmant que les Islandais de Sólstafir sortaient des albums en rafale, ces temps-ci. Vérifications faites, ce Berdreyminn sort trois ans après leur précédent opus, Ótta. J’ai failli avoir l’air con. J’ai l’habitude. notez.

Empyrium: The Turn of the Tides 2

Empyrium: The Turn of the Tides

On va encore dire que j’arrive après la bataille, mais lors d’un de mes séjours « de travail » à la Citadelle (= bosser sur Freaks’ Squeele en buvant des bières), je suis tombé sur l’album The Turn of the Tides de Empyrium, datant de 2014. Techniquement, c’est du metal; dans les faits, ça ressemble à tout, quoi que pas exactement, sauf à ça.

Secrets of the Moon: Sun 0

Secrets of the Moon: Sun

Or donc, on a un groupe qui s’appelle Secrets of the Moon et qui fait un album intitulé Sun. C’est rigolo. Mais ce n’est pas pour cela que je l’ai acheté. À vrai dire, je ne sais plus trop pourquoi je l’ai acheté, sinon que c’était à La Citadelle, mais je ne le regrette pas non plus.

Crematory: Monument 0

Crematory: Monument

Dans la série des groupes que j’aime bien sans trop savoir pourquoi, il y a Crematory. Leur dernier album, Monument, est cependant assez bizarre: si le groupe a longtemps fait dans le metal-indus façon Rammstein – que j’appelle aussi le insulte-moi-en-allemand-metal – il a tendance ici à se diriger vers des styles plus doom-goth.

Killing Joke: Pylon 0

Killing Joke: Pylon

Le premier qui invoque la nostalgie pour justifier mon amour pour Killing Joke, dont Pylon est le dernier album en date, risque de gros ennuis. Les suivants aussi. Même s’il est vrai qu’objectivement, c’est un groupe qui me rappelle des souvenirs – mais pas forcément ceux des années 1980 (et notamment « Love Like Blood »).

Deathwhite: Solitary Martyr 0

Deathwhite: Solitary Martyr

Deathwhite est un projet de métal progressif, tendance gothico-dépressif, dont on ne sait pas grand-chose sinon que Solitary Martyr est leur second EP en date. Visiblement, le groupe aime ses petits secrets et, si l’on en croit la chronique de Angry Metal Guy qui a attiré mon attention, personne ne sait réellement qui se cache derrière.

Manes: Be All End All 0

Manes: Be All End All

Il fut un temps où Manes était un groupe de black-metal norvégien; mais ça, c’était avant. Depuis quelques albums, le groupe se dirige vers des rivages bien plus improbables, comme le prouve ce Be All End All, dernier album en date du groupe, que l’on croyait pourtant défunt après Vilosophe, en 2003, et How the World Came to an End en 2007 (que j’ai manqué).

Kontinuum: Kyrr 0

Kontinuum: Kyrr

Kyrr, album du groupe islandais Kontinuum me rappelle The Sisters of Mercy. Pour un album chroniqué par Angry Metal Guy, ça fait un peu bizarre. Mais, en même temps, j’ai l’impression que les vieux groupes goths des années huitantes sont à la mode chez certains métaleux: Sólstafir et son amour des Fields of the Nephilim ou Moonspell, dans ses derniers albums.

Moonspell: Extinct 0

Moonspell: Extinct

Aujourd’hui, avec Extinct, le nouvel album de Moonspell, nous allons parler de réincarnation, car pour moi, avec cette galette, le groupe portugais de death métal mélodique ne fait rien de moins que de conjurer les mânes des Sisters of Mercy.

Unseelie: Urban Fantasy 2

Unseelie: Urban Fantasy

Unseelie est un groupe franco-belge qui prouve une fois de plus que les productions hexagonales n’ont pas vraiment de complexes à avoir par rapport à l’armada nordique de groupes de métal symphonique, progressif et/ou gothique: leur premier album Urban Fantasy (qui m’est parvenu en service de presse) est une des très bonnes surprises de cette année.

0

Mortal Love: I Have Lost

I Have Lost, du groupe norvégien de métal gothique à voix féminine Mortal Love, n’est pas exactement un album récent (il date de 2005 et, depuis, le groupe a suspendu ses activités), mais ce n’est que récemment qu’un billet sur Clair & Obscur me l’a fait découvrir. Parfois, il est bon de revenir dix ans en arrière pour découvrir de telles pépites.

 

0

Tristania: Darkest White

Dans le petit monde merveilleux du métal symphonique, Tristania semble véritablement être un cas à part et son nouvel album, Darkest White, le prouve une fois de plus. En gros, si vous vous attendez à un énième clone de « Within Epic Wish », vous allez être déçu: certes, il y en a aussi, mais pas que.

 

2

Tiamat: The Scarred People

À chaque fois c’est pareil: j’achète le nouvel album de Tiamat, dans le cas présent The Scarred People, et j’essaye de me rappeler quand c’était la dernière fois que ce groupe suédois m’a enthousiasmé. Ça devait être à l’époque où ils faisaient du métal.