Étiqueté : instrumental

Long Distance Calling : Boundless 2

Long Distance Calling : Boundless

Blablabla post-rock blabla toujours la même chose bla. Jusqu’au moment où un groupe comme Long Distance Calling arrive dans la place et balance un album comme “Boundless” et, soudainement, ce n’est plus le même cierge qui coule.

Fleuve: S/T 0

Fleuve: S/T

Je ne sais pas si c’est particulier à la France ou si c’est simplement un biais de lecture dû à mes sites de référence, mais la scène post-rock française m’apparaît singulièrement conséquente. Ainsi, Fleuve est une formation de la région parisienne dont j’ai découvert le premier album, intitulé “S/T” – je suppose que sans veut dire “sans titre”, ce qui est paradoxal – par un live-report de Totoromoon.

Violet Cold: Magic Night 0

Violet Cold: Magic Night

Ce qu’il y a de bien avec Magic Night, le dernier album de Violet Cold, c’est que le titre comme le nom du groupe annoncent la couleur: c’est sombre, avec des teintes de violet profond et le froid d’une nuit d’hiver, et que c’est un peu magique aussi.

Glass Mind: Dodecaedro 0

Glass Mind: Dodecaedro

Dodecaedro de Glass Mind est presque l’illustration parfaite de la relation paradoxale que j’ai avec les albums instrumentaux: d’un côté, la voix est souvent le point qui me gêne le plus dans un groupe et, d’autre part, sans chant, les morceaux ont tendance à se ressembler.

Alex Cordo: Origami 0

Alex Cordo: Origami

Pour cette chronique musicale, on reste dans le rock instrumental français. Je vous avais promis, après les avoir vus en concert à Guitare en scène, de vous reparler du groupe grenoblois Alex Cordo. C’est désormais chose faite, après avoir reçu – et écouté – leur album Origami.

 

sleepmakeswaves: Made of Breath Only 0

sleepmakeswaves: Made of Breath Only

Un jour, j’écrirai un article sur la difficulté d’écrire des chroniques sur des albums qui se résument à “c’est bien, mais c’est juste bien” et je l’illustrerais notamment avec ce nouvel album de sleepmakeswaves, Made of Breath Only. Vous me direz que c’est aussi à cela que sert ma rubrique “les restes du samedi“, ce qui n’est pas faux.

The Algorithm / Flicker Rate / Vinc2 0

Les brefs du samedi: The Algorithm, Flicker Rate, Vinc2

Allez, on reprend les bonnes habitudes avec les [whatever] du samedi, dans le cas présent une petite sélection d’albums courts, EP et autres, qui ont atterri dans ma liste de lecture ces dernières semaines. Sans surprise, il y a beaucoup d’instrumental, avec la bitpop de The Algorithm, le prog/post-rock de Flicker Rate et le post-rock ambiant de Vinc2.

David Maxim Micic: Who Bit the Moon 0

David Maxim Micic: Who Bit the Moon

Autre artiste présent lors de la prochaine soirée prog du KIFF, à Aarau, David Maxim Micic n’est pas un inconnu de ce blog, puisque j’avais eu l’occasion de chroniquer son excellent Bilo 3.0. Il revient cette année avec un nouvel album, Who Bit the Moon. Oui, j’en ai raté plein entre les deux, mais bon.

Kovlo: Timelapse 0

Kovlo: Timelapse

Le troisième et dernier épisode du triptyque post-rock suisse nous emmène dans des contrés qu’on a un peu du mal à associer aux friches industrielles brumeuses, puisque Kovlo est un groupe originaire de Lugano, au Tessin. Ce qui n’empêche leur album Timelapse d’afficher un style crépusculaire. C’est à Totoromoon que je dois cette découverte.

Maïak: A Very Pleasant Way to Die 0

Maïak: A Very Pleasant Way to Die

Par les temps qui courent – pluie, neige, froid, clowns tueurs – rien de tel qu’un peu de musique pour se remonter le moral! Bon, par contre, il faudra peut-être éviter des groupes de post-rock comme Maïak et son album A Very Pleasant Way to Die.

Kylver: The Island 0

Kylver: The Island

Après les montagnes et ses fantômes, le groupe britannique Kylver s’en va explorer des îles mystérieuses avec The Island, titre de son nouvel album, un voyage entre post-rock et psychédélique sur fond de sonorités très seventies.