Orphaned Land / Subterranean Masquerade / SystemHouse 33 à Meyrin

Orphaned Land à Meyrin 2019

Ce n’est pas tous les jours qu’un groupe de metal progressif débarque à Genève. Ou pas loin: c’est à l’Undertown de Meyrin qu’Orphaned Land a choisi de faire passer sa tournée “We Do Not Resist”. Le groupe israélien débarque avec un compatriote, Subterranean Masquerade, et une formation indienne, SystemHouse 33. C’est donc une soirée 100% metal oriental.

Orphaned Land: Unsung Prophets & Dead Messiahs

Orphaned Land: Unsung Prophets & Dead Messiahs

Avec plus de vingt-cinq ans de carrière, le groupe israélien Orphaned Land est un des pionniers du metal orientalisant et ils reviennent avec un nouvel album, Unsung Prophets & Dead Messiahs. En règle générale, j’ai toujours un peu de mal avec les albums de Orphaned Land (et assimilés): d’un côté, leur concept musical de metal …

Lire plusOrphaned Land: Unsung Prophets & Dead Messiahs

Reign of the Architect: Rise

C’est marrant, mais ces derniers temps, je me suis retrouvé avec pas mal d’albums à chroniquer qui, d’une certaine manière, se ressemblaient. Ainsi, de même que le dernier Delain avait pas mal de points communs avec le dernier Sonata Arctica, ce Rise, premier album du groupe israélien Reign of the Architect, ressemble pas mal à celui de Theater of the Absurd, en ce qu’il représente un métal progressif qui en fait trop.

 

Omb: SwineSong

Après avoir écouté leur premier album SwineSong, je suis à peu près certain que Omb est l’équivalent en hébreu de l’abréviation anglaise OMG. Ou WTF, c’est selon. Il faut dire que, dans le genre métal progressif sérieusement secoué de la tête, ce groupe originaire de Haïfa fait très fort!

Imaginez un croisement entre le métal expérimental de Spiral Architect, le burlesque d’un Unexpect et la grandiloquence d’Iron Maiden et vous aurez une lointaine approximation de la dinguerie déglinguée de SwineSong. Si ça vous fait peur, c’est normal: à moi aussi, et c’est un peu le problème.

Lire plusOmb: SwineSong

Orphaned Land: All Is One

La troisième baffe de ce mois de juin, remarquablement riche en sortie de qualité, c’est All Is One, le nouvel album de Orphaned Land. Le groupe de métal le plus susceptible d’obtenir un Prix Nobel de la Paix est de retour avec son habituel mélange improbable de métal symphonique et de musique traditionnelle moyen-orientale.

Bon, je dois quand même avouer que, dans l’ensemble et de mon point de vue, c’est quand même une pointure ou deux en-dessous de Coal ou d’Altered State – ce qui situe tout de même l’album dans le pourcentage qualitatif supérieur.

Lire plusOrphaned Land: All Is One

Distorted Harmony: Utopia

Regardez à l’Est! Ça fait un moment que je le dis et je le répète à l’occasion de la sortie de Utopia, premier album du groupe israélien Distorted Harmony: les choses les plus originales que j’ai pu écouter en métal et en prog ces dernières années viennent de l’Est (bon, à part le Japon – et encore).

Ce quintet nous propose une musique qu’ils qualifient eux-même de “métal néo-progressif” et il est assez évident, à l’écoute, de comprendre pourquoi: la musique de Distorted Harmony croise à la limite des eaux territoriales entre le métal progressif “traditionnel” et le rock progressif contemporain, au point qu’il est assez difficile de dire s’il s’agit d’un groupe de prog qui fait du métal ou le contraire. 

Lire plusDistorted Harmony: Utopia

“Chroniques de Jérusalem”, de Guy Delisle

Je sais, c’est mal: après Pyongyang, j’attaque Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle sans passer par les autres cases et, du coup, c’est le bordel compl… euh, ben non, en fait. Certes, je suppose que si j’avais lu les autres ouvrages à peu près dans l’ordre, je verrais peut-être des choses différentes dans le dernier tome des aventures vécues de ce dessinateur québecois. Peut-être. J’en doute un peu, notez.

Bref. Depuis ses pérégrinations nord-coréennes de Pyongyang, Guy Delisle est devenu mari et père; son épouse, Nadège, travaille pour Médecins sans frontières et part pour une mission de dix-huit mois dans la Bande de Gaza. C’est donc l’occasion pour l’auteur de la suivre et de découvrir le petit monde merveilleux d’Israël et de la Palestine.

Lire plus“Chroniques de Jérusalem”, de Guy Delisle

Orphaned Land: Mabool

Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé d’un groupe de métal aux origines exotiques. Enfin non, pas si longtemps que ça, mais pour moi ça fait quand même longtemps. Donc, Orphaned Land, groupe de métal progressif israélien, propose avec Mabool: The Story of the Three Sons of Seven (mais on va juste dire Mabool) un concept-album inspiré du Déluge biblique (Mabool en Hébreu).

Quand je dis “inspiré”, ce n’est pas juste l’histoire et un vague thème orientalisant: Orphaned Land (qui se définit comme un groupe israélo-arabe) propose avec cet album un mélange entre métal progressif symphonique à grand spectacle et musique traditionnelle juive et arabe. Du coup, cet album est un peu le “grand-père” des groupes de métal oriental comme Amaseffer ou Myrath.

Lire plusOrphaned Land: Mabool

Blackfield : Welcome to My DNA

Welcome to My DNA est le troisième album de Blackfield, groupe composé de l’artiste israélien Aviv Geffen et Steven Wilson. Un jour, je vais finir par croire que Damien Wilson n’a que des side-projects et que même Porcupine Tree est un side-project de Steven Wilson, vu le nombre d’équivalents musicaux de pots de confiture dans lequel il trempe ses doigts.

Sans surprise, la musique de Blackfield ressemble beaucoup au rock progressif mélancolique que fait Porcupine Tree, peut-être avec un côté plus pop (notamment avec des morceaux dépassant rarement les cinq minutes) et un chouïa plus mordant dans les textes. Je dois avouer que les deux premiers albums du groupe ne m’avaient pas laissé de souvenir inoubliable (ni même de souvenir tout court), mais ce troisième album me paraît moins anecdotique.

Le ton est donné avec l’intro « Glass House », lente et mélancolique et, surtout, son enchaînement avec « Go to Hell » qui enjoint, sur un ton acidulé, l’auditeur d’aller se faire considérer chez ses sodomites préférés. Hormis ces facéties lyriques, la musique me rappelle un peu ce que faisait Alan Parson’s Project il y a quelques années – d’accord : quelques décennies – de cela.

Lire plusBlackfield : Welcome to My DNA

Amaseffer: Slaves for Life

J’achète parfois des trucs bizarres. Ça, vous le savez: un certain nombre de mes acquisitions musicales tiennent plus du mécénat que de la politique d’achat réfléchie. Dans le cas présent, “Slaves for Life”, d’Amaseffer, ça tient surtout au label InsideOut, spécialiste du rock et du métal progressif. Du coup, ça tient un peu de la loterie, mais là, ça s’est avéré payant.

Amaseffer est un trio israélien, qui emploie un certain nombre de “mercenaires,” comme Mats Levén (qui a bossé avec Yngwie Malmsteem et Therion). La musique s’apparente clairement à celle de groupes de métal symphonique, comme Symphony X ou Kamelot, mais avec des accents moyen-orientaux plus qu’appuyés. Ça tombe bien, parce que les thèmes de l’album sont carrément bibliques. D’ailleurs, si j’ai bien compris, “Amaseffer” signifie quelque chose “les peuples du Livre”.

Lire plusAmaseffer: Slaves for Life