Étiqueté : metal symphonique

Alkemy @ Female Metal Fest IV 0

Female Metal Fest IV au Petit-Lancy

Droit derrière le concert de Mörglbl de la veille, me revoici devant une scène pour le quatrième Female Metal Fest. Sérieusement, il est temps que l'année se termine – ou, à tout le moins, que l'actualité se calme un peu! Heureusement, ce n'est pas très loin.
Michael Romeo: War of the Worlds, Pt. 1 5

Michael Romeo: War of the Worlds, Pt. 1

Ceux d'entre vous qui aiment se balader dans les cercles du metal symphonique reconnaîtront sans doute le nom de Michael Romeo – guitariste de Symphony X – qui apparaît sur cet album, War of the Worlds, Pt. 1. Autant vous le dire tout de suite: ce n'est pas du reggae.
Nightwish à Genève 5

Nightwish / Beast in Black à Genève

Vous savez comment on définit un week-end de folie? C’est quand on se fait deux concerts à deux jours d’intervalle. Parce qu’après Le Voyage de Noz samedi, j’ai repris les protège-tympans et le matos photo pour aller voir Nightwish à l’Arena de Genève.
Syn Ze Şase Tri: Zăul Moș 2

Syn Ze Şase Tri: Zăul Moș

Depuis le temps, je suppose que vous avez dû noter ma fascination, borderline fétichiste, pour les groupes de metal un peu bizarres venus de contrées exotiques. Et donc, aujourd'hui, je vais vous parler de Syn Ze Şase Tri et de leur album ZĂUL MOŞ. Déjà, rien que le nom et les diacritiques employés posent l'ambiance.
Whyzdom: As Time Turns to Dust 2

Whyzdom: As Time Turns to Dust

Angry Metal Guy a un terme particulier pour parler des groupes de metal symphonique à voix féminine: nightwishcore. Soyons honnête: Whyzdom est un groupe français qui, sur la base de leur album As Time Turns to Dust, mérite cette étiquette – mais ce n'est pas forcément une mauvaise chose.
Borealis: The Offering 2

Borealis: The Offering

Il faudra un jour qu'on trouve un nom plus simple pour le power metal progressif symphonique que joue des groupes comme Borealis. En attendant, on peut aussi dire merde aux étiquettes et écouter ce nouvel album, The Offering.
Amorphis: Queen of Time 4

Amorphis: Queen of Time

Après un splendide Under the Red Cloud, j'attendais avec une certaine impatience le nouvel album d'Amorphis. Voici donc "Queen of Time" qui, d'une certaine manière, est bien dans la continuité du précédent: du death mélodique très mélodique avec une touche folk nordique.
Dimmu Borgir: Eonian 2

Dimmu Borgir: Eonian

Si, il y a dix ans, on m'avait dit qu'un jour j'achèterais du black-metal et qu'en plus, j'aimerais ça, j'aurais ricané. Bon, à l'époque, je ne savais pas non plus que Bathory était du black-metal. Et, pour être tout à fait honnête, je ne suis pas 100% certain que Eonian, le nouvel album de Dimmu Borgir, en soit non plus.
0

Ayreon: Ayreon Universe

Ayreon, le supergroupe d'Arjen Anthony Lucassen qui tue tous les supergroupes, est de retour avec un live monstrueux, Ayreon Universe, enregistré pendant le triple concert de Tilburg (Pays-Bas, en septembre 2017), seul concert d'Ayreon à ce jour.
0

Kamelot: The Shadow Theory

Il fut un temps où j'avais cette théorie – idiote, mais amusante, comme beaucoup de mes théories – que Serenity et Kamelot était le même groupe. La sortie de The Shadow Theory, dernier album en date de ces derniers, quelques mois après Lionheart est un clou de plus dans le cercueil de cette théorie. Tant pis.
0

Seyminhol: Ophelian Fields

J'avoue que je suis arriver à chroniquer cet album, Ophelian Fields de Seyminhol, un peu à reculons. Contacté par le groupe, je jette un œil sur les deux vidéos qu'il m'envoie et j'ai l'impression de tomber sur du metal symphonique lyrique à emphase nucléaire. Vous connaissez le dicton: "il faut se méfier des premières impressions, ce sont souvent les bonnes". Souvent, pas toujours.
Xanthochroid: Of Erthe and Axen, Acts I & II 0

Xanthochroid: Of Erthe and Axen, Acts I & II

J'ai longtemps hésité à jeter une oreille sur Of Erthe and Axen, de Xanthochroid. Il faut dire que nom et titre invoquaient pour moi plus, soit le black-speed-death-thrash tendance bruitiste, ou alors le metal progressif expérimental à la Voivod. Ce qui prouve qu'il ne faut pas se fier aux apparences.
Serenity in Murder: The Eclipse 0

Serenity in Murder: The Eclipse

En fait, le metal, c'est un truc fractal: même les sous-genres les plus obscurs comportent des sous-sous-genres. Toujours. Ou alors on peut voir ça comme des ensembles stylistiques disparates qui se rentrent dedans de façon à la fois lubrique et non-euclidienne, c'est selon. Bref, j'ai écouté The Eclipse, de Serenity in Murder.
Serenity: Lionheart 0

Serenity: Lionheart

En règle générale, j'avoue volontiers une tendresse coupable pour les albums de power-metal symphonique, malgré tout leurs aspects kitsch et leurs claviers "pouët-pouët-licorne" – selon l'expression d'une amie. Pourtant, j'ai du mal avec Lionheart, dernier opus en date de Serenity.