Étiqueté : post-rock

Totorro: Come to Mexico 0

Totorro: Come to Mexico

Avant toute chose, soyons clair: l’album Come to Mexico de Totorro n’a pas grand-chose à voir avec le Mexique et à peu près rien avec le dessin animé Ghibli du même nom. Je sais, c’est un peu décevant, mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas inintéressant, non plus.

Violet Cold: Magic Night 0

Violet Cold: Magic Night

Ce qu’il y a de bien avec Magic Night, le dernier album de Violet Cold, c’est que le titre comme le nom du groupe annoncent la couleur: c’est sombre, avec des teintes de violet profond et le froid d’une nuit d’hiver, et que c’est un peu magique aussi.

Cult of Luna: Live at the Gaîté Lyrique, Paris 0

Cult of Luna: Live at the Gaîté Lyrique, Paris

Ce Live at the Gaîté Lyrique de Cult of Luna est un album dont l’achat entre dans la catégorie « sur un malentendu ». Je l’ai raflé en même temps qu’une vingtaine d’autres CD lors de ma séance traditionnelle de pillage du rayon « rock progressif » de Gibert Musique (le rayon « hard-rock/metal » est juste à côté), mais ce n’est pas le live que j’attendais.

 

Do Make Say Think: Stubborn Persistent Illusions 0

Do Make Say Think: Stubborn Persistent Illusions

Do Make Say Think est un groupe de post-rock qui va vous casser les idées reçues sur ce genre. Je préfère vous prévenir tout de suite, d’une part parce que Stubborn Persistent Illusions, comme...

sleepmakeswaves: Made of Breath Only 0

sleepmakeswaves: Made of Breath Only

Un jour, j’écrirai un article sur la difficulté d’écrire des chroniques sur des albums qui se résument à « c’est bien, mais c’est juste bien » et je l’illustrerais notamment avec ce nouvel album de sleepmakeswaves, Made of Breath Only. Vous me direz que c’est aussi à cela que sert ma rubrique « les restes du samedi« , ce qui n’est pas faux.

Les Discrets: Prédateurs 0

Les Discrets: Prédateurs

Il y a quelques temps, je vous parlais de Virée nocturne, un EP du projet français de post-rock / shoegaze Les Discrets. Aujourd’hui, comme annoncé, cet EP est devenu un album plein et entier, intitulé Prédateurs.

The Algorithm / Flicker Rate / Vinc2 0

Les brefs du samedi: The Algorithm, Flicker Rate, Vinc2

Allez, on reprend les bonnes habitudes avec les [whatever] du samedi, dans le cas présent une petite sélection d’albums courts, EP et autres, qui ont atterri dans ma liste de lecture ces dernières semaines. Sans surprise, il y a beaucoup d’instrumental, avec la bitpop de The Algorithm, le prog/post-rock de Flicker Rate et le post-rock ambiant de Vinc2.

Glasir / Sonnöv / We Were Heading North 0

Les posts du samedi: Glasir / Sonnöv / We Were Heading North

Allez hop! Nouvelle variante des restes du samedi, consacrée à trois albums de post-rock – enfin, trois EP, plutôt, vu qu’ils dépassent rarement les trente minutes. Au menu, les Texans de Glasir et les Espagnols de Sonnöv et de We Were Heading North. Trois groupes venus d’horizons peu courants pour ce genre musical, dont les livraisons sont facilement au-dessus de la moyenne; ce n’est parce que c’est court que ce n’est pas intéressant.

The Great Old Ones: EOD – A Tale of Dark Legacy 0

The Great Old Ones: EOD – A Tale of Dark Legacy

Dans la série des choses qui tombent mal, The Great Old Ones passent en concert à un kilomètre de chez moi, mais un soir où j’ai un autre truc de prévu. Zutre! Bon, du coup, je me console avec leur dernier album, EOD: A Tale of Dark Legacy. Enfin, « console », quand on parle de black-metal lovecraftien, ce n’est peut-être pas le terme le plus approprié…

flyingdeadman: 56 seasons 0

flyingdeadman: 56 seasons

Ah, tiens, du post-rock français; ça nous changera. Ou pas. Cette fois-ci, c’est flyingdeadman qui revient sur nos ondes, avec un nouvel album très cinématique intitulé 56 seasons.

Les Discrets / Leaves' Eyes / Skeleton King 0

Les brefs du samedi: Les Discrets / Leaves’ Eyes / Skeleton King

Le hasard ayant voulu que j’aie dans ma liste d’écoute exactement trois EP, j’en profite pour faire un tir groupé, façon « Restes du samedi », mais à la teinte metal, puisqu’on y trouve Les Discrets, Leaves’ Eyes et Skeleton King. Là, ce n’est pas la qualité, mais plutôt le format court qui m’empêche d’en faire des chroniques entières.