Warnot: His Blood Is Yours

Si, ces derniers temps, je n’ai pas eu beaucoup de chance avec les recommandations de Progarchives, mes deux dernières acquisitions sur la foi de chroniques des “collègues” (ils reprennent parfois mes billets) de Progressive Area sont plus enthousiasmantes. Témoin His Blood Is Yours, de Warnot.

Premier album du projet du guitariste suédois Björn Eliasson, il propose un mélange assez spectaculaire de métal progressif et symphonique fort énergique, soutenu par une armada de chanteurs et chanteuses (pas moins de sept). Ça ressemble pas mal à une version beaucoup plus progressive de Symphony X, avec des accents rappelant des groupes comme Epica ou Within Temptation.

Lire plusWarnot: His Blood Is Yours

Organized Chaos: Inner Conflict

Découvert, tout comme le précédent Druckfarben – quoique dans un tout autre style – dans les colonnes de Progressive Area, Organized Chaos est un groupe de métal progressif venu de Belgrade en Serbie qui nous propose, avec Inner Conflict, une galette fidèle à son nom: pleine de rage, de folie et de Pain of Salvation.

Vous aurez noté que j’ai dit “venu de Serbie” et non “serbe”, non que je doute de la provenance des membres, façon ministre de l’intérieur français contemporain, mais que je souhaite ici faire une distinction avec certains groupes récemment chroniqués (Negură Bunget ou Thy Catafalque) dont la musique avait un caractère plus typiquement national. En fait, Organized Chaos aurait tout aussi bien pu être voisin de palier de la clique des Gildenlow à Göteborg.

Lire plusOrganized Chaos: Inner Conflict

Night of the Prog VI, Lorelei

C’est rien de dire que d’aller de Genève à la riante métropole de Sankt Goarshausen, non loin du site de la Lorelei, est une expédition : trois changements de train, plus de huit heures de trajet. Rien que du bonheur ! Surtout quand il y a deux ICE qui partent de Bâle vers Frankfurt à dix minutes de distance, que leurs numéros ne sont pas indiqués et qu’on prend le mauvais. Qui ne va pas à Frankfurt Hauptbahnhof, mais à Frankfurt Flughafen et que, suite à des portes bloquées, on rate la correspondance. Rien que du bonheur, je vous dis.

Bref, du coup, on est arrivé en retard. Mais une fois sur place, le site de ce sixième Night of the Prog Festival est juste magnifique : une sorte de vaste amphithéâtre bénéficiant d’une bonne acoustique. Les seuls soucis sonores sont des basses un peu trop enthousiastes et des claviers qui peinent à être entendus dès qu’il ne sont plus tous seuls à jouer. À la vérité, je soupçonne que c’est en grande partie dû à notre choix de FBDM : tout devant, contre la rambarde – et donc à douze centimètres des caissons de basse. La fan-attitude, ça s’assume.

Un des gros défauts du site est qu’il n’existe qu’un seul coin toilettes, ce qui n’est pas toujours évident à gérer après un nombre pas forcément raisonnable de bières. Le site n’a également que deux stands de nourriture, proposant un régime à base de viande (steak ou saucisses) et de frites ; les végétariens n’ont plus qu’à brouter la pelouse, merci pour eux.

Lire plusNight of the Prog VI, Lorelei

Ihsahn: After

Dans les arcanes du métal progressif, il y a des groupes qui éveillent votre attention, d’autres qui vous tapent tout de suite dans l’oreille et quelques-uns qui, à l’instar d’Ihsahn, vous attaquent le cerveau à la ponceuse à disque. Le disque en question s’appelle After et est, si j’en crois la bio du groupe, le dernier d’une trilogie. Si c’est le cas, on a connu des conclusions (et des trilogies) moins réussies.

Au reste, la classification de “métal progressif” est ici presque trop modeste pour qualifier un tel déferlement de technique et d’inventivité. On a des ambiances death/doom/black métal, des vocaux growlés et des riffs brutaux et, au milieu de tout cela, un saxophone (“Undercurrent”) ou des moments de pure grâce (comme “Austere”, qui vient précisément juste après “Undercurrent”). On est plus ici dans un registre expérimental, voire extrême, que dans toute autre classification.

Il faut dire que celui qui se cache derrière le pseudonyme d’Ihsahn, le ci-devant Vegard Tveitan, ressortissant norvégien, s’est fait connaître dès l’âge de treize ans en jouant dans les premiers groupes de black-métal scandinaves, notamment Emperor. Autant dire que l’on pas affaire à un mickey et ça se ressent très vite. D’une part, par la maîtrise de l’instrumentation, mais également par des compositions qui, si elles ont l’air parfois très bordéliques, sont parfaitement contrôlées. Pour citer le grand Francis Zégut, le port du casque est obligatoire!

Lire plusIhsahn: After