rétro-progressif

81 posts

The Sea Within

The Sea Within

Et allez, encore un supergroupe de rock progressif! Ça doit être la saison. Bon, si le nom est nouveau, le casting international de The Sea Within est composé de vieilles connaissances et ce premier album, du même nom, ressemble énormément à ce que faisaient en leur temps les Flower Kings, Transatlantic ou The Tangent.
Spock's Beard: Noise Floor

Spock’s Beard: Noise Floor

Avec un titre comme Noise Floor et une pochette au look futuristico-symbolique, on aurait pu attendre de Spock’s Beard que, pour leur treizième album, ils nous livrent un opus de rock progressif moderne, avant-gardiste et ambitieux. Oui, des fois, je suis très naïf.
Jump: Over the Top

Jump: Over the Top

La question du jour: à quel moment un album cesse de ressembler à un hommage pour faire figure de pompage embarrassant? Over the Top, du groupe britannique Jump, est à deux doigts de faire figure d’illustration à cette interrogation.
The Watch: Seven

The Watch: Seven

J’avoue qu’avant d’écouter Seven, le nouvel (et septième) album du groupe italien The Watch, je me préparais déjà psychologiquement à railler un manque d’originalité qui allait jusqu’au titre de cet opus. Après écoute, je suis moins enclin à la méchanceté.

 

Karfagen: 7

Karfagen: 7

Les gens de Neoprog sont souvent de bon conseil. Ainsi, quand ils me disent le plus grand bien de l’album 7 de Karfagen, même si je n’en ai jamais entendu parler auparavant, je fonce. Et, au final, je ne peux pas leur donner tort – mais pas non plus entièrement […]
Dave Kerzner: New World

Dave Kerzner: New World

Dans le petit monde du rock progressif, on a beaucoup parlé de New World, le premier album de Dave Kerzner. Multi-instrumentiste, compositeur, ingénieur du son, ex-membre du groupe Sound of Contact du fiston Collins, l’Américain est une de ces pointures peu connues de la scène prog et cet album est plutôt déroutant.
Gentle Knife

Gentle Knife

Dans la progosphère francophone, cet été, deux articles sur Neoprog et JesterProg ont quasi-simultanément salué Gentle Knife, groupe norvégien éponyme de son premier album. Du néo-prog léché, souvent contemplatif, dont la principale caractéristique est un duo vocal masculin-féminin.