Étiqueté : Suisse

The Erkonauts: I Shall Forgive 0

The Erkonauts: I Shall Forgive

Un peu comme un Père Noël metal à bord d’un bombardier lourd nommé I Shall Forgive, voici les Genevois de The Erkonauts qui reviennent avec des brûlots par milliers. N’oubliez pas vos petits souliers coqués!

Samael: Hegemony

Samael: Hegemony

Il faut vous avouer un truc: nous autres Suisses, on n’est pas vraiment des gens fréquentables. Oh, niveau apparences, on fait le job, mais dans les coulisses, on a des banques qui blanchissent l’argent de la mafia, des entreprises qui exploitent les enfants et les conflits locaux, et, musicalement, on est parfois plus dans le genre de ce Hegemony, nouvel album de Samael.

"Cygnis", de Vincent Gessler 0

« Cygnis », de Vincent Gessler

Syn est trappeur. Lui et son loup, Ack, passent le plus clair de leur temps dans les vastes étendues sauvages à chasser des robots pour leurs pièces détachées, revenant rarement vers la civilisation pour procéder à des échanges. Mais une guerre menace entre cités. C’est le point de départ de Cygnis, roman post-apo de Vincent Gessler.

 

Eluveitie: Evocation II – Pantheon 0

Eluveitie: Evocation II – Pantheon

Sortez les tatouages de guerre, les pagnes en fourrure et les lances en bronze: Eluveitie est de retour avec un Evocation II – sous-titré Pantheon – qui y va à fond dans le folk celtique avec somme toute très peu de metal.

Clawerfield: Engines of Creation 0

Clawerfield: Engines of Creation

De même que, comme le disait en son temps Coluche, la France est parmi les plus balèzes du monde en politique française, il semble que la Suisse soit la nation de pointe en ce qui concerne le cybermetal. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Clair & Obscur et j’ai cette chronique, inspirée par leur article, qui semble le prouver (en plus d’une précédente chronique sur Sybreed). La première concerne Clawerfield, un groupe bernois originaire de Thoune, et leur l’album Engines of Creation.

 

Deus Ex Machina: A New World to Come 0

Deus Ex Machina: A New World to Come

À la base, le death-metal n’est pas mon genre préféré. Je suis prêt à faire des exceptions si c’est mélodique, progressif ou local. Points-bonus si c’est un combo. Hélas, les groupes de mélodeath progressif ne sont pas courants dans ma région, mais Deus Ex Machina s’en approche un peu avec son nouvel album, A New World to Come.

Kovlo: Timelapse 0

Kovlo: Timelapse

Le troisième et dernier épisode du triptyque post-rock suisse nous emmène dans des contrés qu’on a un peu du mal à associer aux friches industrielles brumeuses, puisque Kovlo est un groupe originaire de Lugano, au Tessin. Ce qui n’empêche leur album Timelapse d’afficher un style crépusculaire. C’est à Totoromoon que je dois cette découverte.

Hubris.: Emersion 3

Hubris.: Emersion

La semaine passée, je vous avais promis un triptyque de post-rock suisse, alors voici le deuxième candidat: Hubris. – oui, le point est inclus dans le titre – groupe Fribourg et son album Emersion, découvert par Fred Bezies. Je crains néanmoins devoir le détromper sur partie « hommage à Keith Emerson » ou pour ses parallèles avec Yes: ça n’y ressemble pas beaucoup.

Maïak: A Very Pleasant Way to Die 0

Maïak: A Very Pleasant Way to Die

Par les temps qui courent – pluie, neige, froid, clowns tueurs – rien de tel qu’un peu de musique pour se remonter le moral! Bon, par contre, il faudra peut-être éviter des groupes de post-rock comme Maïak et son album A Very Pleasant Way to Die.

Monkey3: Astra Symmetry 0

Monkey3: Astra Symmetry

Après avoir écouté Astra Symmetry, le dernier album de Monkey3, je me demande si je ne vais pas lancer l’idée d’un nouveau genre musical: le rétro-post. Histoire de pouvoir caser tous ces groupes qui poussent le post-rock jusqu’à faire faire du rock prog/psychédélique comme dans les années 1970.

Derivate EP 0

Derivate EP

À Genève, on a pas mal de bons groupes de metal, mais on ne peut pas dire que le metal progressif soit sur-représenté. D’où l’intérêt de groupes comme Derivate et de leur premier album, un EP au même nom, que j’ai récupéré à la suite de leur prestation au festival Octopode.