Tigres Volants: Retour de mémoire

Maintenant que cette (littéralement) maudite campagne lupanar est terminée, bâchée, finie, poutzée, enterrée (oui, je suis un peu fatigué), il est temps de passer à autre chose. Genre, une campagne pour Tigres Volants. Non, pas une nouvelle, n’exagérons rien: je parle ici de reprendre l’écriture et/ou la mise au propre de « Devoir de mémoire« , la campagne sur laquelle j’avais travaillée avant de lancer Le Secret du Domaine des trois sources.

Je sais que cette campagne est truffée de défauts, en l’état. Le moindre n’étant pas qu’elle est prévue pour un certain type de personnages, dans un contexte donnée et, qui plus est, qu’elle manque sérieusement d’incitations fortes pour avancer dans l’histoire. Seulement, il se trouve que je l’aime bien – ce qui, si ça se trouve, est un défaut en soi.

J’ai donc décidé d’essayer, sinon de la sauver, du moins d’en tirer quelque chose d’à peu près montrable. Le quelque chose en question sera, au mieux, un supplément en impression à la demande, plus probablement un PDF gratuit en ligne sur le site. Si tout plante, ce sera juste un projet avorté de plus sur mon disque dur. Il y a une raison pour laquelle je n’achète plus rien de moins d’un Tera-octet…

En fait, après lecture des derniers écrits de Greg sur la création d’une campagne pour MJ feignasse, je me demande si je ne vais pas tenter d’écrire quelque chose de beaucoup moins linéaire, en me concentrant surtout sur les lieux, les PNJ et leurs motivations. Faire un peu le contraire de la campagne lupanar, en quelque sorte: du bac à sable avec une option linéaire pour faire plus pulp.

Le fait est que, si je regarde la structure de cette campagne, il y a deux passages obligés, au début (le prégénérique et la ville sous l’Oural) et à la fin (à Caramer Laeralis, voire avant à Eokard), mais qu’entre les deux, il y a des possibilités d’enquêter à gauche et à droite pour retrouver des trucs, mais rien de précis.

Au lieu d’une présentation par chapitre, l’idée serait d’avoir des lieux (genre, des villes) et, dans ces lieux, des endroits plus particuliers et des personnages. Une idée serait d’avoir, pour chaque endroit et chaque personnage, des Secrets et des Secrets Inavouables et des idées d’évènements.

Le défaut d’une telle approche, c’est que ça risque de laisser beaucoup de boulot au déhemme, ce qui n’est (à mon avis) pas le but non plus d’une campagne de niveau « commercial »; le jeu de rôle est déjà suffisamment IKEA comme ça sans en rajouter.

Bref, faudra voir. Si vous avez des idées, n’hésitez pas à balancer des comm’, tu vois?

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Ay Kless dit :

    Je suis complétement partie prenante de ce genre de projet.
    J’aimerais beaucoup avoir un supplémentent « Bac à Sable » pour TV.
    Suivre une campagne est parfois plus fatiguant pour le meneur que je suis que de devoir accrocher mes joueurs à un scénario fixe.
    Si les différents lieux sont connectés par des pistes permettant alors de ce déplacer « logiquement » de l’un à l’autre, c’est encore plus chouette.

    Dans le même esprit, lier le tout avec Copacabana Transit, en étoffant ce dernier.

    Pour être franc je n’ai pas eu envie d’ajouter Lupanar à ma gamme TV(c’est le seul supplément que je ne possède pas). Pour une raison simple, j’ai toujours mené TV en mode « Bac à sable ».

    Bon courage pour se projet, que je suivrais avec attention.

  2. BBS dit :

    Alias, tu connais ce jeu qui consiste à lâcher une bille en haut d’une planche cloutée et de voir ou elle arrive? Une campagne intéressante, c’est ça! La bille, c’est les joueurs, les clous, c’est l’agenda des PNJ et les trous avec les scores, c’est ce qui arrive selon par ou les joueurs passent…
    Pour ta campagne, tu devrais écrire essentiellement ce qui se passe si les joueurs ne font rien (la fin à 0 points)… Ensuite, tu prépare tes accroches selon les conséquences que cette fin aurais sur tel ou tel personnage. A la création des personnages, chacun prend une motivation, une accroche qui correspond au personnage qu’il veut jouer. Voilà, tu as ton point de départ et ton point d’arriver… Tout le reste, c’est ce qui se passe et ce que les joueurs peuvent changer…

    Pour chaque lieu, personne, organisation ou évènement, essaie le modèle de « 2012 Apocalypse » : plusieurs petites actions à accomplir qui rapportent des « potins de victoires ». Ensuite, tu met en place des « benchmarks » indiquant, selon les « points de victoire » obtenus par les personnage, comment les évènements sont modifiés par les actions des personnages.

    Enfin, c’est une suggestion…
    BBS Articles récents…Battle Bridge playtest Alpha 0.1My Profile

  3. Imaginos dit :

    J’attends le résultat avec intérêt ! 🙂

    Pour la forme du résultat final, la solution impression à la demande chez Lulu me parait relativement bonne, non ?
    (évidemment, j’ai pas les chiffres de vente des précédents suppléments, et aucune idée des frais que ça représente ; mais ça permet au lecteur d’avoir un vrai bouquin bien propre, et pas un paquet de feuilles volantes…)
    Imaginos Articles récents…Un papillon dans un jardin d’EdenMy Profile

  4. Kyorou dit :

    Bon, ben, j’arrive après la bataille, comme d’hab.

    Une campagne à la Indiana Jones pour TV ? En voilà une bonne idée ! De quel genre de secrets inavouables parle-t-on ? Des amours de jeunesse de Gabriel Fore ?

    Perso, ça ne me dérange pas d’acheter une campagne en kit à monter. D’une part, ça me donne plus de latitude pour mettre le truc à ma sauce et à celle de mes joueurs. De l’autre, ça m’enlève le stress du déraillement en cours de partie (je maîtrise de façon plutôt ouverte et je me retrouve parfois très loin de la trame officielle de la campagne. Les raccords pour retrouver le fil officiel sont parfois assez périlleux). Du moment qu’il y a de bons PNJ et des lieux vivants pour stimuler mon imagination.

    Si je me rappelle bien, Mort sur le Reik, le second volet de la mythique campagne de l’Ennemi intérieur, était présenté un peu de cette manière.

  5. Concernant la structure d’une campagne il me semble en effet que le contexte et la précision que l’on apporte à celui-ci est le plus sûr moyen de permettre à un MJ de rendre ce contexte le plus vivant possible avec peu d’effort. Ce qui n’empêche nullement de proposer une trame scénaristique qui permet au MJ d’orienter les choix narratifs et le vécu des PJs. De mon point de vue, une campagne riche de niveau commercial devrait offrir autant d’un point de vue que l’autre et pas se cantonner à une seule approche. Ce qui est certain, c’est que c’est énormément de boulot que d’approfondir un contexte dont on est pas sûr qu’il va servir, mais ça c’est le privilège (et non sa malédiction) de l’auteur. De toute façon, tout sera lu par un MJ consciencieux, alors que ça serve ou pas, c’est toujours susceptible de donner des idées. Plus y’en a plus y’a de répondant et plus il y a de facilité à sortir des clous d’une ligne scénaristique sans craindre l’incohérence. Mon avis ne va pas beaucoup t’aider, j’imagine, mais si je voulais me tourner un peu plus souvent (enfin, un jour peut-être) vers une campagne commerciale, c’est ce que j’aimerai trouver.
    Wilfrid Hizembert Articles récents…Narration et résolutionMy Profile

    • Alias dit :

      Le truc, c’est que tu ne peux pas partir du principe que ta campagne sera lue par un MJ consciencieux quand tu écris pour une publication « commerciale ».

      Cela dit, quand j’aurai terminé « Devoir de mémoire », ce serait bien de pouvoir comparer avec la « campagne lupanar », voir laquelle des deux campagnes est plus facile d’accès.

  6. Kyorou dit :

    S’il te faut un deuxième avis sur la question…

    Ceci dit, tu peux peut-être proposé une trame « par défaut » que le MJ peut utiliser s’il n’a pas envie de réinventer la roue, tout en précisant que c’est une possibilité parmi d’autres, voire, si tu es d’humeur généreuse, plusieurs exemples de déroulements possibles. Bon, la difficulté serait alors d’organiser l’information de manière élégante, sans multiplier les renvois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :