Trolls et Légendes 2019

Trolls & Légendes 2019

À l’heure où j’écris ces lignes, on est lundi matin, je suis dans un vieux train régional quelque part dans le nord de la France, j’ai mal aux pieds et quelques restes de gueule de bois et, malgré tout, une certaine forme d’euphorie: pas de doute, c’est un lendemain de Trolls & Légendes.

Trolls & Légendes, c’est une des plus grandes conventions geeko-fantastico-ludiques de la francophonie. Elle se déroule tous les deux ans dans la grande halle Lotto Mons Expo, en Belgique.

Au passage, c’est marrant de constater que ma dame et moi profitons tous les deux du week-end de Pâques pour aller à un événement de ce genre dans une ville qui commence par « Mon », mais c’est pas le même (pour elle, c’est Polymanga à Montreux).

Trolls & Légendes et moi, c’est une longue histoire d’amour: c’est la sixième édition à laquelle je participe. Elle a même failli me tuer une fois, mais j’y reviens quand même.

Et, pour tout dire, je soupçonne que les agapes de ce week-end n’ont pas fait des merveilles pour mon espérance de vie, parce qu’entre la gastronomie belge – viande en sauce avec frites – et la qualité des bières locales, ce fut un peu rude pour les organismes. Même avec des gènes bretons et valaisans.

Trolls et Légendes 2019 – Mundaneum
Mundaneum, Centre d’archives de la Fédération Wallonie – Bruxelles et espace d’exposition temporaire, Mons.
Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Mais bon, hormis ces considérations éthyliques, il faut quand même dire que c’est une chouette convention: on y trouve des auteurs de BD et de romans, des expositions, des vedettes, des vendeurs de colifichets divers pour ravir les amateurs de pseudo-médiéval et de geekeries, plein de gens avec des déguisements bien barrés et des concerts.

Bon, de tout ça, je n’ai pas vu grand-chose: j’ai passé mon temps dans le vaste espace jeux avec des éditeurs, des auteurs et plein de joueurs. J’avais fait le déplacement avec Céline et le collègue Antoine et on avait un joli stand 2D Sans Faces avec toutes nos gammes – sauf le livre de base de Tigres Volants, qui n’a pas été livré.

On a pas mal joué, surtout à Freaks’ Squeele, même si ce genre de grand salon avec son brouhaha incessant n’est pas idéal pour des parties de jeu de rôle. Après, je connais la routine: on propose des parties de 3 heures maxi, que l’on peut raccourcir si nécessaire.

Trolls et Légendes 2019
Festival Trolls & Légendes, 20-21 avril 2019. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

J’ai même fait une session d’une heure avec la seule créa de personnages et une altercation avec les redoublants. Il faudra garder ça à l’esprit la prochaine fois pour les premières sessions de la journée: comme leur début correspond à l’ouverture des portes, les joueurs n’arrivent jamais avec une demi-heure, voire une heure.

La foule m’a semblé moins dense qu’à l’accoutumée, surtout le dimanche. Je soupçonne que le temps radieux et le long week-end pascal a incité pas mal de monde à faire barbecue plutôt que Trolls. On a cependant eu pas mal de visites sur le stand et on a même réussi à vendre trois exemplaires de Nobilis, ce qui est juste inédit.

Du coup, cette année non plus, je ne suis pas allé voir les concerts. En toute honnêteté, il y avait peu de groupes qui me branchaient vraiment dans la programmation. Et puis vu que je n’étais pas seul, j’ai trouvé plus cool d’aller boire des bières avec les potes.

Trolls et Légendes 2019
Festival Trolls & Légendes, 20-21 avril 2019. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Somme toute, on n’a pas réseauté autant que je l’aurais aimé. C’est un peu dommage, vu que ce genre d’événement est l’occasion de retrouver des gens que je ne vois pas souvent – coucou Eric! – mais avec les horaires des uns et des autres, ce n’est pas toujours possible pendant le salon.

En fait, on se disait qu’il faudrait presque organiser un festival « off », par exemple le vendredi soir, pour permettre de socialiser un peu plus. Autre que le plan « tomber par hasard sur une terrasse avec plein de Suisses au centre de Mons quand on part chercher un resto », s’entend.

Nous avons tout de même eu un peu de temps pour discuter avec Florent de la suite de la gamme Freaks’ Squeele. Je rassure donc ici les fans du jeu: oui, il y a une suite prévue à la gamme.

Trolls et Légendes 2019 – Mons
Rues et bâtiments de Mons, Belgique. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

À vrai dire, avant le festival, on a même profité du vendredi pour visiter un peu Mons. Pas que les bars – encore que La Lorgnette, le bar-metal sur la Grand-Place, est très sympa – mais aussi le Mundaneum, un musée à la mémoire de deux archivistes fous qui, au début du XXe siècle, ont essayé de créer une archive universelle. Sans Internet.

J’ai même pu prendre quelques photos de la ville sous un soleil radieux. Ça devient bien faire six ans que ça n’était pas arrivé.

Avec Trolls & Légendes, la saison des conventions démarre en plein: la semaine prochaine, c’est Orc’idée, je serai le 11 mai à Charleville-Mézières et à la fin du mois de mai aux Hydriades – sans parler du Salon du Livre de Genève, avec les collègues auteurs et actrices du GAHeLiG.

Si je ne canne pas d’épuisement avant…

La traditionnelle galerie de photos, sous licence Creative Commons, est sur Flickr. Il y a beaucoup de Mons même et pas beaucoup de Trolls & Légendes, mais voila.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires sur “Trolls & Légendes 2019”

%d blogueurs aiment cette page :