What the Future

What the Future

Au hasard des derniers Mercredis de la SF genevois, j’ai récupéré la bande dessinée What the Future, de MO/CDM, parue aux éditions Fluide Glacial. C’est un peu “les Bidochons du futur”: une famille avec papa, maman et le fiston ado à une période mal définie, mais au moins deux siècles dans l’avenir.

Donc, en gros, on a des histoires de Terriens moyens dans une ville tentaculaire ultrapolluée et hypertechnologique, avec leurs soucis du quotidien: les relations numériques, le nouvel iPhone, les bouchons pour cause d’extra-terrestres, les problèmes de santé des uns et des autres.

Bon, pour ceux qui cherchent de la SF “sérieuse”, c’est pas la peine: on est clairement dans le domaine de l’humour à la Fluide Glacial. Le monde de What the Future n’a pas vraiment vocation à être décrit plus que nécessaire, à savoir comme la toile de fond outrancière pour l’humour satirique des saynètes qui parsèment la BD. C’est notre Terre puissance trop, comme si Tex Avery avait mis en images une histoire de Paolo Bacigalupi.

Le format est celui du gag en une page; parfois, les histoires s’étalent sur six ou huit planches, mais c’est très rare. Elles frappent souvent juste pour illustrer des turpitudes bien contemporaines passées au filtre déformant de la SF et pour mettre en lumière les absurdités de notre mode de vie.

Et si, visuellement, c’est une SF qui ressemble à un croisement entre Valérian et Les Jetsons, ça nous vaut quand même quelles belles scènes. MO/CDM semble se lâcher sur les scènes urbaines spectaculaires. C’est un peu gratuit, mais c’est sympa.

Cela dit, au final, What the Future est un album assez anecdotique. Oh, il a des bouts rigolos, mais sans plus; on fait assez rapidement le tour du potentiel comique. Il est cependant plus intéressant pour son aspect satirique et illustre à merveille le fait que la science-fiction est un thème du présent plus que de l’avenir.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :