Witchwood: Litanies from the Woods

Witchwood: Litanies from the Wood

Quatrième et dernier groupe italien du label Jolly Roger Records, Witchwood présente, avec son Litanies from the Woods, un album plus susceptible d’intéresser le prog-head moyen, surtout s’il est sensible aux sonorités seventies.

En effet, Witchwood, formé récemment, mais composé de vétérans de la scène italienne, propose un rock qui vadrouille entre le hard-rock à l’ancienne, le prog-folk à la Jethro Tull et le blues-rock américain. L’ensemble est très style-genre, disons-le, peut-être même trop par moments, mais il est aussi soutenu par une production solide et un savoir-faire indéniable.

Litanies from the Woods propose neuf pistes, aucune faisant moins de cinq minutes et quatre flirtant ou dépassant les dix minutes. L’album dépasse les septante-cinq minutes; c’est ce qui s’appelle optimiser l’espace sur un CD.

Witchwood est un très bel exemple de ce que j’appelle le “rétro-progressif”, avec ses sonorités tulliennes à la flûte et son insistance pour coller au plus près des années septante dans sa musique. Le groupe a cependant la particularité de jouer également sur le registre hard-rock de l’époque, façon Black Sabbath ou Deep Purple, genre dont je suis un peu moins fan, mais qui lui donne une coloration particulière.

Du coup, l’album navigue entre ces deux caps: d’un côté, du râpeux et, de l’autre, de l’aérien, avec quelques incursions psychédéliques (“The Golden King”). Mais, toujours, de l’énergie et du métier: ça bouge, c’est solide, même si ça sent un peu fort le patchouli, il y a un côté authentique.

L’authentique ne fait pas tout non plus, mais Witchwood a d’autres arguments à présenter, comme de très belles compositions dans le plus pur style progressif: “Shade of Grey”, l’acoustique, “Farewell to Ocean Boulevard”, le californien, et “Handful of Stars”.

Je l’avoue, malgré son côté rétro, des quatre que j’ai récupéré en service de presse chez Jolly Roger, c’est Litanies from the Woods qui m’a le plus convaincu. N’hésitez pas à aller y jeter une oreille sur Bandcamp. L’album est un peu plus cher que d’habitude, à €6.99, mais pour la durée et la qualité, on n’est pas volés!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :