Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
Boisson Divine: La Halha

Boisson Divine: La Halha

Dans la vie d’un blogueur, il y a toujours ce moment un peu gênant où on découvre un truc génial et – croit-on – un peu obscur pour entendre un lecteur commenter « Quoi, tu ne connaissais pas? ». Dans le cas présent, le truc génial, c’est La Halha, le nouvel album de Boisson Divine, groupe qui fait du folk-metal gascon.

Boisson Divine est donc un groupe originaire du Sud-Ouest de la France – oui, encore un! – et qui revendique haut et fort ses racines en proposant un folk-metal chanté (le plus souvent) en gascon.

Musicalement, c’est un folk-metal plutôt classique, avec que du chant clair, et peut-être un petit côté punk festif. S’y mélangent avec enthousiasme guitares, basse et batterie, accordéon, banjo et vielle à roue, peut-être même aussi de la cornemuse, tant qu’à faire!

La Halha n’est pas un petit album: sans compter les cinq (courtes) pistes-bonus de la version numérique, il compte dix titres pour plus d’une heure. Les compositions durent entre quatre et cinq minutes, mais il y a des exceptions: deux quasi-epics de neuf et dix minutes.

Sur le site de Boisson Divine, on voit passer une palanquée de citations très positives – c’est de bonne guerre –, notamment « le meilleur groupe de folk-metal français ». Pour ma part, ce n’est vrai principalement parce que je n’en connais pas d’autre; pour être honnête, je connais plus de groupes folk-metal suisses que de français.

Mais, à l’écoute de cet album, je dois admettre que c’est crédible: Boisson Divine maîtrise son art et propose des titres très entraînants. Par exemple, je citerais « Novempopulania », « Suu camin estelat », « Xivalier de Sentralha », « La Sicolana » ou « Milharis » qui conclut l’album en lui-même avec une piste de dix minutes de très haute tenue.

Cela dit, pas tout est au même niveau. Oh, il n’y a rien de vraiment honteux dans La Halha, mais il y a quelques passages plus faibles, sans parler des pistes-bonus qui vont du sympathique « Gascougne » à l’anecdotique « Vive Henri IV ! ».

Mais globalement, Boisson Divine nous propose un opus très convaincant, voire enthousiasmant. Amateurs de folk-metal, n’hésitez pas à consacrer une écoute à La Halha, il est très cool et il est sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « Libertat »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :