Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
Course of Fate: Mindweaver

Course of Fate: Mindweaver

Sur le papier, un genre comme le power-metal progressif (ou power-prog metal) tient de l’oxymore. Le metal (et le prog) n’en étant pas à ça près, le genre existe et donne régulièrement des galettes comme ce Mindweaver, du groupe Course of Fate, découvert grâce à Angry Metal Guy.

Course of Fate est un sextet norvégien qui existe depuis dix-sept ans, mais qui n’a sorti, en plus de cet album, qu’un EP, en 2013. On peut donc s’attendre à un album longuement peaufiné. Et c’est vrai que le power-prog-metal qu’ils nous proposent est plutôt raffiné.

Au reste, on ne peut pas dire que Mindweaver soit particulièrement copieux. Huit pistes, quarante-cinq minutes, c’est assez classique. Ce qui l’est moins, c’est que parmi ses huit pistes, deux font moins de deux minutes et les autres tournent autour de six ou sept minutes, jusqu’à neuf pour le final.

Je vais être franc: Course of Fate ne va pas révolutionner le genre. Mindweaver reste solidement calé dans un registre très classique avec un metal très mélodique, limite hard-FM, et un côté progressif qui n’est pas sans me rappeler Saga (notamment dans les jeux de claviers ou de guitares sur « Utopia » notamment), voire Pink Floyd (le final de « Drifting Away »).

Quelque part, Mindweaver illustre la recette archétypique du power-prog metal: un tiers de mordant, un tiers de complexité et un tiers de mélodies accrocheuses. Et, de ce point de vue, il est très bien foutu, avec des compostions remarquables comme « Endgame », « Wolves » ou la piste finale, « The Faceless Men, Pt. II ».

Si on ne cherche pas l’originalité à tout crin, ni l’expression de musiciens écorchés vifs et lançant leur douleur à la face du monde, Course of Fate réussit là un premier album – oui, après dix-sept ans – plutôt convaincant. Du power-prog-metal classique, mais avec de très belles choses.

Bonus: la vidéo de « Endgame »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :