Harley Quinn, saison 2

Or donc, à la fin de la première saison de Harley Quinn, série animée pour adulte autour du personnage éponyme, on a Gotham en ruine, des superhéros aux abonnés absents, des superméchants qui essayent de contrôler la ville, et Harley et son gang qui veulent devenir calife à la place du calife.

C’est une série qui peut se résumer par « Harley Quinn plaque le Joker essaye de reconstruire sa vie ». C’est très lapidaire, parce que le plaquage en question cause des dommages collatéraux conséquents – voir ci-dessus, sous « Gotham en ruine, etc. ». Et que l’accent est mis sur « essaye de ».

Parce qu’objectivement, Harley est à la base quelqu’un d’assez peu stable. Genre « nitroglycérine et crise de hoquet ». Qui plus est, elle est tiraillée entre plusieurs plans géniaux: prendre le contrôle de Gotham, mais sans être assez psychopathe pour assumer.

Pour ne rien arranger, sa vie sentimentale vient s’en mêler. Il y a déjà ses sentiments pour Poison Ivy, compliqués par le fait que cette dernière se prépare à épouser Kite Man, et le fait que le Joker ne serait peut-être pas tout à fait mort (oui, c’est un peu un spoiler, mais franchement: vous aviez vu le corps?).

Ajoutez à cela la galerie d’acolytes semi-compétents – King Shark, Clayface, Dr Psycho et Sy – et d’adversaires – connus ou pas – toujours traités sur un mode décalé, et vous aurez une deuxième saison qui enchaîne sur les forces de la première, toujours à fond dans la démesure.

Je veux dire, rien que pour l’enterrement de vie de jeune fille d’Ivy sur l’île de Themyscira, cette saison vaut le coup d’œil.

Il faut leur laisser ça: les auteurs d’Harley Quinn n’ont pas peur de l’outrance. Au risque de me répéter, c’est une série qui n’hésite pas à mettre du sang partout et à parler cul. Elle a aussi un côté iconoclaste qui pourrait déplaire aux fans hardcore de l’univers DC, surtout aux inconditionnel du milliardaire sociopathe chiroptérophile.

Comme je n’ai pas ce problème, je vous recommande chaudement cette deuxième saison, surtout si vous avez aimé la première. Et en attendant une troisième, annoncée sur HBO Max.

Bonus: la bande-annonce de la saison

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Harley Quinn, saison 2”

  1. entre les prequel, sequel, spinoff, reboot etc autour de Batman, Harley, etc, on a autant de mal à suivre notre harlequine chronologiquement. j’en etais resté à une séparation avec Poison Ivy apres qu’elle ait voulue devenir gentille…

    oui, ca parait improbable quandbon la connaît

    Répondre
    • Perso, les comics de superhéros, j’évite un peu ça comme la peste – ou alors des trucs un peu fumés, genre The Authority ou Nextwave.

      Et puis j’ai l’impression que la notion de continuité chez DC et Marvel, c’est déjà moyen en BD, mais alors en transmédia c’est turbomort.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :