Septicflesh: Titan

Y’a pas à dire: Septicflesh, c’est du spécial. Et du brutal, aussi, mais surtout du spécial. Bon, ce jugement se fait à l’aune de deux albums: Titan, le dernier en date, et The Great Mass, que j’avais chroniqué à l’époque. Il faut dire que les Grecs de Septicflesh pratiquent un mélange pas piqué des hannetons, à base de death métal, de métal progressif et de musique symphonique.

Donc, Titan, c’est une dizaine de pistes plutôt courtes – l’album fait quarante-cinq minutes – avec des constructions complexes, des vocaux growlés jusqu’aux intestins et des insertions de grandes envolées symphoniques: cuivres, chœurs, grandes envolées de violons ou percussions.

Le tout se mélange dans une sortie d’orgie baroque et cela donne une ambiance chaotique à souhait, mélangeant brutalité et subtilité avec des accents épiques prononcés. Il est heureux que cet album soit court, parce qu’un tel régime est assez usant pour des oreilles normalement constituées – et même pour des grands blasés dans mon genre.

L’ensemble n’est pas non plus du même niveau, il y a des compositions plus inspirées que d’autres et je relèverai parmi les meilleures « Order of Dracul », « Prometheus » et « The First Immortal ».

À noter que la version digipack « deluxe » propose un très intéressant CD avec cinq titres en version instrumentale (presque) pure, certains recombinant deux pistes avec des accents à la Danny Elfman (« Dogma of Prometheus »).

Épique, chaotique, orgiaque, complexe, brutal et magnifique, Titan est un de ces albums rares, mais qui se mérite. Il faudra à l’auditeur des oreilles averties ou une bonne dose de courage – de préférence les deux – pour l’apprécier à sa juste valeur.

C’est aussi de la musique pour rôliste, de l’inspiration en barre. Il y a un petit côté « domptage de dragon sur un volcan en éruption »: si on se rate, on est mort-mort-mort, mais si ça passe, c’est beau.

En bonus, je vous mets « Order of Dracul » et « Dogma of Prometheus », mais il y en a d’autres sur la chaîne YouTube de Prosthetic Records:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :