Création de contenu et financement en 2018

"Tips are like hugs"

Il y a deux ans, j’avais écrit un guide sur les différentes façons de solliciter – et, surtout, de recevoir – un financement quand on est créateur. Depuis, le paysage a pas mal changé: certains services ont disparu, d’autres sont apparus et, parmi les survivants, les fortunes (ha! ha!) sont diverses. Je reprends donc le clavier pour un nouveau tour d’horizon des outils et services de financement pour créateurs en ce début 2018.

L’argent vote

Chalais 16 Panneaux d'affichage 2013

En Suisse, on vote souvent. Il y a certes des élections, mais il y a aussi ce que l’on appelle des “votations”, des référendums qui déboulent en général par paquets de quatre ou cinq, plus s’il y a aussi des sujets cantonaux en prime. On le sait assez vite quand fleurissent des affiches à caractère politique.

Mozilla et la corruption du libre

Un de ces quatre, il faudra que je vous fasse un rapport de ma transition vers plus de logiciels libres (spoiler: c’est contrasté). Je peux déjà vous dire que Firefox est devenu mon navigateur par défaut et que c’est sans doute la raison pour laquelle la récente annonce de la fondation Mozilla d’afficher des pubs dans le navigateur m’a quelque peu agacée.

À bas la pub!

Comme souvent avec Charlie-hebdo, le titre de cet hors-série À bas la pub! tient lieu de la profession de foi. Personnellement, je ne peux qu’approuver, même si au final j’ai un sérieux sentiment de trop peu, une fois terminée la lecture.

En soixante-quatre pages, l’équipe de l’hebdomadaire tente de faire le tour de la question publicitaire aujourd’hui: ce qui a changé et ce qui reste constant. Il y a là pas mal de papiers très intéressants – des articles de une à trois pages, parsemés de dessins toujours dans le style provoc-caca qu’affectionne le journal, et quelques témoignages en BD.

Lire plusÀ bas la pub!

La SNCF massacre le cinéma américain

Je n’aime pas la pub, mais la dernière campagne de la SNCF, pour la promotion du Festival du cinéma américain de Deauville, m’a bien fait rire. En cause, une accumulation de jeux de mots plus ou moins foireux mettant en scène des noms de films américains (ou des répliques célèbres d’iceux) et des gares françaises. Attention, ça fait un peu mal à la tête.

Flattr

Dans un article récent de ce blog à propos d’Adblock, au milieu d’une bonne dose de controverse, j’avais mentionné le fait que j’étais d’accord de payer pour des sites si ça pouvait me débarrasser des verrues publicitaires qui les constellent. Il semble que, grâce aux Suédois de Flattr, les internautes créateurs de tout poil ait désormais un outil pour obtenir des micro-paiements de leurs visiteurs sans que la procédure ressemble à un gymkhana au milieu d’une guerre majeure.

L’idée est la suivante: créez un compte sur Flattr, donnez-lui tous les mois une certaine somme d’argent déterminée et, au fil de vos utilisations d’Internet, si vous tombez sur un truc qui vous plaît et dont l’auteur a lui aussi un compte Flattr, vous pouvez cliquer sur le bouton adéquat. Chaque clic s’ajoute à une liste sur votre portion du site Flattr et, à la fin du mois, le montant que vous avez mis sur votre compte sera distribué équitablement entre tous les sites (ou autres) de votre liste.

Certes, ça risque de ne représenter que quelques centimes par clic, suivant le nombre de sites que vous ajoutez à la liste et le montant mensuel que vous décidez d’allouer, mais si l’initiative rencontre un certain succès et que les utilisateurs jouent le jeu, ça peut se cumuler et commencer à faire une source de revenu conséquente.

Lire plusFlattr

Pourquoi j’utilise un bloque-pub

Le blog de graphisme Smashing Magazine, dont j’ai déjà moult fois chanté les louanges auparavant, vient de publier un article d’opinion intitulé Why Web Designers Should Not Use Ad-Blockers. Cet article m’interpelle à au moins deux niveaux: en tant que web designer (pas très doué, certes, mais professionnel quand même) et en tant qu’utilisateur de bloque-pub.

Je n’aime pas la pub. Je n’en veux pas sur mon blog, je n’en veux pas dans les sites sur lesquels je navigue, je n’en veux pas non plus dans mes journaux et magazines, ni au ciné, ni à la télé, ni dans la rue. Pourquoi? D’abord, parce que je suis un gros égoïste (mais je me soigne: j’essaye de devenir moins gros). Ensuite, parce que je trouve que la pub est, au mieux, une distraction qui ne fonctionne pas sur moi et, au pire, une agression visuelle et auditive qui me donne des envies homicidaires sur des bataillons de publicitaires.

Le problème majeur, c’est que je me méfie de la pub; pour moi, c’est une façon de dire “notre produit est médiocre et nous préférons investir pour vous laver le cerveau plutôt que de l’améliorer.” Je suppose que c’est un peu caricatural et probablement un peu hypocrite aussi; après tout, je travaille dans la communication – ce qui est une autre façon de dire “publicité” – et j’ai pendant longtemps gagné ma vie grâce à un média (un magazine) qui était financé par la pub.

Lire plusPourquoi j’utilise un bloque-pub

Antilicense

Digital Research CP/M 2.2 EULA

Vous êtes fatigué de lire à longueur de temps ces soi-disants “accords”, “licenses”, “EULA” et autres textes pseudo-légaux qui disent en gros qu’en lisant le texte, vous acceptez tacitement de subir des actes que la morale réprouve et abandonner votre premier né à l’auteur de la license (probablement un avocat américain, ce qui explique beaucoup de choses)?