Kaatarakt / Aktarum / Abinchova / Moonsorrow à Orbe

Moonsorrow à Orbe

C’est l’histoire d’une soirée originellement prévue à Saint-Maurice: Moonsorrow en concert, avec Kaatarakt et Abinchova. Déplacée à la Cantine du Puisoir d’Orbe, le concert accueillera finalement quatre groupes, avec les Belges d’Aktarum.

Syn Ze Şase Tri: Zăul Moș

Syn Ze Şase Tri: Zăul Moș

Depuis le temps, je suppose que vous avez dû noter ma fascination, borderline fétichiste, pour les groupes de metal un peu bizarres venus de contrées exotiques. Et donc, aujourd’hui, je vais vous parler de Syn Ze Şase Tri et de leur album ZĂUL MOŞ. Déjà, rien que le nom et les diacritiques employés posent l’ambiance.

Negură Bunget: Tău

Negură Bunget: Tău

Après ma précédente virée dans les étoiles, il est agréable de faire une balade dans les forêts fraîches et sauvages, surtout par ces fortes chaleurs. Bon, quand ces forêts se situent en Transylvanie, comme celles évoquées par le groupe de black-metal roumain Negura Bunget dans son nouvel album, Tău, il vaut mieux se préparer à des rencontres pas forcément des plus plaisantes.

Elvenking: The Pagan Manifesto

Si, avec un nom comme Elvenking, vous attendiez aux créatures graciles de la Lorien, vous allez tomber de haut et sur plein d’os plus pointus que leurs oreilles: ces Elfes-là font dans le festif, certes, mais surtout dans le brutal et si leur album The Pagan Manifesto a des relents folk (et même prog), c’est du bon gros power-metal qui décape.

Negură Bunget: Vîrstele Pămîntului

Vous allez finir par croire que je fais une fixation sur les groupes de métal abscons de provenance exotique et la vérité n’est sans doute pas très loin: Negură Bunget est un groupe qui m’a sérieusement tapé dans l’oreille et leur dernier album studio en date, Vîrstele Pămîntului, est dans la continuité de Om, précédemment chroniqué ici même.

Alors certes, on pourra chouiner – comme beaucoup de chroniqueurs – sur le fait que la surprise est passée et que Vîrstele Pămîntului n’est pas le chef-d’œuvre qu’est Om. “On” pourra; moi pas: à mon avis, cet album confirme autant qu’il affirme le style de Negură Bunget, ce mélange entre un pagan-folk sombre et un black métal brutal, le tout entrecoupé d’ambiances planantes lumineuses, à l’image d’une promenade dans la “forêt brumeuse”, traduction littérale du nom du groupe.

Lire plus

Negură Bunget: Om

Cela fait un petit moment qu’on me parle des Roumains de Negură Bunget. Déjà à cause de mon amour immodéré pour les découvertes musicales absconses venus de pays improbables et ensuite parce qu’il faut bien avouer que, ces derniers temps, j’ai pas mal tapé dans le death/black metal et que ça a fini par se voir. Sur la recommandation de beaucoup de gens, notamment le désormais habitué de ce blog Sabat, j’ai acquis l’album Om, paru en 2007, et je dois avouer que, pour de l’abscons, c’est de l’abscons.

Parce que non content de faire du black métal roumain, ce qui déjà en soi est assez original, Negură Bunget ajoute à ce style une approche folk et ambiante qui, par certains côtés, rappelle un peu Alcest et, par d’autres, plutôt le style plus brutal d’un Rotting Christ. On peut écouter quelques extraits sur le site ReverbNation de Negură Bunget, histoire de se faire une idée (encore que les extraits qui y sont semblent concerner des albums plus récents).

Pour ce qui est de Om, c’est un album très surprenant, qui alterne des morceaux courts et lents, brutaux (“Dedesuptul”) et planants, avec d’extraordinaires moments de grâce (“Primul Om”, “Cunoasterea Tacuta” et “Inarborat”, s’il ne fallait que citer ceux-là), des sonorités que l’on serait bien en peine d’attribuer à un genre ou à un autre. C’est très, mais alors très riche et, encore plus surprenant, très homogène.

Lire plus

Stille Folk: Neuit de Sabbat

Typique: je rentre de Trolls & Légendes et, pendant deux mois, j’écoute du folk en boucle! Dans le cas présent, je ne vais pas tant vous parler de Faun et Dunkelschön, dont j’ai acheté quelques albums sur place, mais du groupe pyrénéen Stille Volk, au travers de leur dernier album en date, Neuit de Sabbat (paru en 2009). Je dois à Ghislain de m’avoir fait découvrir ce groupe, alors que je lui parlais de Minimum Vital, dont on pourrait dire que c’est un peu le pendant lumineux de Stille Volk.

La musique de Stille Volk est un folk-rock beaucoup plus traditionnel que celui de Minimum Vital, en ce qu’il emploie moins d’instruments rock et beaucoup plus d’instruments traditionnels (vielle à roue, cornemuse, etc.) et que sa musique évoque moins les littoraux ensoleillés d’Occitanie et plus une forêt obscure tapie dans les contreforts des Pyrénées dans la brume hivernale. Du genre qui renferme des esprits anciens et pas toujours bienveillants.

Dans la musique de Stille Volk, sorcières et démons ne sont jamais très loin. Qu’on écoute des titres comme “Forêt d’outre tombe” ou “Ivresse des Dieux” pour s’en convaincre et, même s’il existe des morceaux plus joyeux (“Mascarià” par exemple), le souffle profond des cornemuses est toujours là, comme une menace sourde. Ce n’est pas du pagan-folk pour elfettes, pas plus que pour gros barbares; ça sent le terroir, le soufre et les champignons.

Lire plus

Seventh Harmonic / Keltia / Monica Richards / Corvus Corax à Trolls & Légendes

Dernier jour de Trolls & Légendes, dernière fournée de concerts. Cette fois-ci, histoire de changer, j’ai réussi à voir le débuts de la plupart des groupes, mais c’est la fin que j’ai ratée. Sciemment, je précise: non que les groupes étaient mauvais, mais qu’ils ne m’inspiraient pas tant que ça. Par exemple, les Britanniques de Seventh Harmonic, avec leur folk planant: sympa, mais ça ne bouge pas beaucoup. Les Belges de Keltia, par contre, proposaient un pagan-folk plus animé, notamment grâce au renfort de leurs congénères d’IlianA, mais sans plus (cela dit, mes félicitations au violoniste pour la demande en mariage; pour la petite histoire, elle a dit oui).

L’arrivée sur scène de Monica Richards, chanteuse de Faith and the Muse et égérie gothique, a été l’occasion d’un moment particulièrement conceptuel, avec une musique calquée sur un film projeté en même temps. Le genre de film muet que l’on projette pendant un concert gothique, c’est dire si c’est conceptuel! C’est un petit peu du Dead Can Dance, en encore plus obscur, mais avec une danseuse; pas que ça rende l’ensemble moins obscur, mais ça agrémente.

Autant dire par contre que c’est le dernier groupe, tête d’affiche du festival, qui était largement le plus attendu: Corvus Corax, le groupe qui fait du rock avec de la musique médiévale. Déjà, le truc qui change par rapport aux trois précédents groupes, c’est qu’on avait pour une fois pas l’impression d’entendre des instruments qui n’étaient pas sur scène: fi des samples et autres éléments pré-enregistrés, Corvus Corax ne cache rien. En tous cas, certains des membres du groupe eux-mêmes ne cachaient pas grand-chose…

Lire plus

IlianA / L’Effet Défée / Faun à Trolls et Légendes

S’il y a bien un gros défaut à Trolls & Légendes – non, je ne vais encore dire du mal de la régie son – c’est bien le fait qu’au moment où les concerts commencent, le salon lui-même n’est pas terminé. Du coup, j’ai raté la première partie du premier concert, IlianA; pour être plus précis, je n’ai pu voir que les deux derniers morceaux. C’est un peu la lose, d’autant plus que c’est un groupe de pagan-folk belge fort sympathique, qui implique deux membres ou ex-membres d’Omnia, l’ancien batteur Mitch, ainsi que Luka, le géant joueur de didgeridoo à coulisse.

Et d’ailleurs, en allant manger, j’ai également raté le début de L’Effet Défée; j’avais entendu parler de ce groupe dans un numéro de Prog-Résiste, qui en parlait en termes dithyrambiques. Je comprends pourquoi, mais je comprend également pourquoi la plupart des spectateurs autour de moi étaient, pour dire le moins, interloqués. C’est bizarre. C’est très bizarre. C’est très, très bizarre. Enfin bon, vous voyez le genre – ou pas, c’est normal.

Parce que L’Effet Défée, c’est une sorte de croisement ultrabâtard entre Bel Canto et Magma: un rock-folk dominé par la voix exceptionnelle de Maude Trutet, mais complètement déconstruit et partant réellement dans tous les sens. Ajoutez à ce groupe une harpiste de combat, un bassiste secoué et un batteur fou, vous avez un groupe sérieusement déstabilisant, qui est aussi intéressant qu’horripilant.

Lire plus