“Dans l’enfer des hauts de page”

Cela faisait un bon moment que j’attendais – que j’espérais, même – une réédition des “hauts de page”, de Yann & Conrad. Dans l’enfer des hauts de page est donc un bouquin petit format, qui répond en partie à ce souhait et me permet de me replonger avec délectation dans cette trop brève époque d’un Spirou habité par l’esprit d’un humour presque adulte.

Nanowar of Steel: A Knight at the Opera

Envoyez les clowns, les barbus en robes à fleurs, les épées en plastique dans des endroits innommables, les chevaliers en bas-résilles, les menus pour enfants d’une célèbre chaîne de hamburgers et les godes-ceintures: Nanowar of Steel est de retour et son dernier album de métal-nawak s’appelle A Knight at the Opera! Oui, “Knight”, avec un K comme dans kavalier.

“Redshirts”, de John Scalzi

Pour un jeune officier frais émoulu de l’Académie spatiale comme Andy Dahl, recevoir un poste à bord de l’Intrepid, vaisseau-amiral de l’Union universelle des planètes, est un rêve. Sauf qu’il s’agit d’un poste où le risque de mourir de façon spectaculaire est remarquablement élevé. Bienvenue dans le monde de Redshirts, roman de science-fiction signé John Scalzi!

This Is How You Die

This Is How You Die est le second tome de Machine of Death, l’anthologie sur les machines qui prédisent la façon dont les gens vont mourir. Et si le premier était sympathique par ses prémisses et servait à poser l’ambiance, celui-ci se lance plein pot dans le délire.

“Petit manuel de survie à l’intention d’un socialiste dans un dîner avec des gens de gauche”, de Bruno Gaccio

Je n’aurais sans doute jamais acheté ce Petit manuel de survie à l’intention d’un socialiste dans un dîner avec des gens de gauche, signé Bruno Gaccio, si son camarade de parti Frédric Toutain (du blog Un jour une idée) n’en avait pas fait récemment l’article.

Deadpool vol. 1: Dead Presidents

Quelque part, pour quelqu’un comme moi qui ai une relation avec les histoires de superhéros que l’on pourrait qualifier de “conflictuelle” en se vautrant avec délices dans l’euphémisme, ce premier volume relié des récentes aventures de Deadpool, titré Dead Presidents, est exactement ce qu’il faut.

Didier Barcco, tome 2: Shotgun et confiserie

Marxistes, altermondialistes, décroissants et autres parasites de la société moderne libérale, planquez-vous: Didier Barcco revient! Le SAS du commerce, celui qui fait monter les courbes de ventes et les hormones des filles (tout en dessoudant du fâcheux par pelletée) investit la Guadeloupe pour ce deuxième tome, Shotgun et confiserie.

Il fait dire ce qui est: Monsieur le Chien n’a pas vraiment d’équivalent dans la provocation hyperbolique de droite, de celle qui fait même rire les gauchistes irrécupérables dans mon genre. Cela étant, je suis moins enthousiaste sur ce second opus que pour le premier.

Lire plus

Judge Dredd, The Complete Case Files

Cette fois-ci, si j’ai reçu pour Nawel les quatre premiers volumes de Judge Dredd, The Complete Case Files, un des monuments de la bande dessinées britannique et de la bande dessinée de science-fiction tout court, on va dire que c’est de la faute au site io9. Et aussi à un certain pote anglais de l’époque du CLIC, dont le nom rime avec “Martin Jennings”, mais que je ne citerai pas ici; il se reconnaîtra.

L’article de io9 concernait les onze “runs” majeurs de Judge Dredd – une série qui a plus de trente-cinq ans – et m’a donné envie de lire, sinon tout, du moins certaines des histoires importantes (j’en avais lus quelques-unes, il y a longtemps). Évidemment, l’article coïncidait plus ou moins avec la sortie du film, dont j’ai entendu beaucoup de mal et je n’ai pas vu.

Lire plus

Gen’vois staïle

Les parodies de Gangnam Style, du chanteur coréen PSY, sont légion. Ça semble même faire partie de la stratégie de l’artiste, qui aurait renoncé à faire valoir ses droits en faveur d’un buzz planétaire assez spectaculaire (et qui lui rapporterait dans les huit millions de dollars US cette année). Mais, dans le cas de ce Gen’vois Staïle, signé par l’animateur Laurent Nicolet sur OneFM, je ne résiste pas à l’envie de le partager avec vous.

The Venture Bros., saison 2

Après avoir regardé la deuxième saison de The Venture Bros. et y avoir réfléchi sur les toilettes (ce qui est assez raccord), je suis arrivé à une réalisation: cette série est aux dessins animés américains des années 1970-1980 ce que Excel Saga est aux animes. C’est une sorte de cri – d’amour ou de haine, je ne sais pas trop; disons que, si c’est de l’amour, c’est de l’amour vache! Attention, je vais un peu spolier.

Or donc, la deuxième saison reprend après la mort – accidentelle et particulièrement stupide, comme il se doit – de Hank et Dean, les deux frangins décérébrés. Le Dr Orpheus, qui avait juré de les protéger jusqu’à la mort et au-delà (on est nécromant ou on ne l’est pas), a du mal à s’en remettre, alors que le père des deux débiles semble prendre ça plutôt à la légère. L’explication est bien évidemment à l’image de la série: foireuse et totalement décalée.

Lire plus

The Venture Bros., saison 1

Si je vous parle d’un dessin animé américain pas tout jeune, mettant en scène un savant génial, deux adolescents et leur garde du corps – et en ignorant consciencieusement le titre de ce billet – les plus ravagés d’entre vous vont sans doute penser à Jonny Quest. The Venture Bros. en est la version trash et décalée.

Je vous en avais brièvement parlé pour mentionner un extrait qui faisait le parallèle entre superscience et rock progressif. Du coup, j’ai sauté le pas et commandé l’intégrale de la série (quatre saisons à ce jour); j’avoue que je ne savais pas trop à quoi m’attendre (et Isa, dont la culture animation est largement plus étendue que la mienne, était encore plus perplexe).

Lire plus