Une conv’ de perdue, une campagne de retrouvée

J’étais parti hier pour faire jouer une partie de Tigres Volants à la convention “La tête dans la lune” de l’association Aplune, à Thônex. Ce n’est que de l’autre côté du canton, ce qui équivaut, par la magie des transports publics à l’équivalent d’un trajet jusqu’à Lausanne. À peu près toutes les conditions pour une conv’ sympathique était réunie: salle agréable, orgas accueillants et bières artisanales à la pompe. Il m’a juste manqué des joueurs…

Ce qui aurait pu être un samedi raté s’est en fait transformé en occasion de bosser sur la campagne lupanar, par la magie conjuguée d’une envie soudaine de bosser et d’un réseau wifi. Bon, techniquement, je n’aurais pas eu besoin du réseau wifi, mais j’en ai aussi profité pour bricoler d’autres choses, histoire de me changer les idées. Au final, j’ai dû taper environ 10 000 signes, ce qui représente quatre ou cinq pages; pas exactement un record, mais plus en une journée que ce que j’avais écrit ces deux derniers mois.

Ça m’a également permis de réfléchir à la structure plus générale de la campagne et, partant, du supplément qui doit l’accueillir. L’idée de départ était de faire trois parties de trois épisodes chaque, mais à la réalisation, la seule chose qui parle pour une telle structure est un attrait personnel pour la symétrie. La nouvelle structure garde trois parties, mais de taille inégale: un premier épisode “pilote” autour de l’héritage lui-même, une grande partie qui se passe dans le domaine-lupanar et une troisième partie en forme de chasse au trésor interstellaire.

J’ai aussi séparé la partie contexte de la partie campagne proprement dite. L’idée est que le supplément comporte une première partie “contexte” sur le secteur de Terpendrë, l’habitat spatial où se situe le domaine et le domaine lui-même. Je vais sans doute rajouter quelques notes sur la culture des clans stellaires, sédentaires et nomades, ainsi que sur les Telandili, une sorte de caste d’amants professionnels à intonation religieuse. Comme les personnages vont baigner là-dedans, autant expliquer les chose correctement.

Il va également falloir prévoir les illustrations le plus vite possible. J’ai envie que ce supplément en jette au niveau dessins et, surtout, avec une couverture qui fasse envie. Comme le principe général permet d’abuser des créatures dénudées sans trop pousser, ça va donner une bonne excuse pour du marketing putassier.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

5 réflexions au sujet de “Une conv’ de perdue, une campagne de retrouvée”

  1. j’aime généralement un scénario “Rien à voir”, au milieu d’une campagne. Le scénario qui se joue sur les lieux de la campagne, mais qui n’a pas d’autre rapport avec elle. Ca m’amuse beaucoup de voir les pj chercher des rapports, et meme parfois en trouver (très farfelus certes)….

    Répondre
    • @Ivorhh
      De mon expérience, c’est très dangereux. Les joueurs ayant une fâcheuse tendance à trouver des conspirations au fond de leur bol de céréales risquent de te flinguer scénario et campagne en pensant déjouer l’Immonde Complot qui n’existe que dans leurs petites cervelles échauffées par l’excès de sucrerie et le manque d’oxygène.

      Comme la “Campagne Lupanar” a vocation à être publiée, je suis personnellement d’avis de me concentrer sur l’essentiel, quitte à laisser explicitement des espaces pour que le déhemme rajoute ses propres idées.

      Cela dit, j’ai déjà prévu des petits interludes qui n’ont qu’un rapport très annexe avec la trame principale, mais qui se lient avec l’historique des PNJ. Un bon déhemme en trouvera tout autant qui ont un lien avec ceux des PJ (genre, les parents débarquent pour faire une surprise à leur fils adoré et le retrouvent au milieu de Créatures peu vêtues dans un claque interstellaire…).

      Répondre
  2. Comme le principe général permet d’abuser des créatures dénudées sans trop pousser, ça va donner une bonne excuse pour du marketing putassier.
    —> tu sais qui plus est que tu n’a pas besoin de me pousser dans ce genre de choses.

    Répondre
    • Oh, je sais, surtout ces temps. 🙂

      (Même si, très honnêtement, je me méfie un peu de tes sautes de productivité, pour rester poli).

      Je vais prochainement faire un billet sur l’aspect illustration de cette campagne. J’aimerais bien commencer avant la fin de l’année, avec un nombre limité de dessinateurs, mais peut-être avec une approche un peu différente et “free form”.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :