“A Rising Thunder”, de David Weber

A Rising Thunder est le treizième volume de la “saga” Honor Harrington, écrite par David Weber et fait du coup suite à Mission of Honor. Alors que ce roman raconte un moment-clé de l’histoire – la fin de la guerre entre Haven et Manticore et le début de celle contre la Ligue solarienne – il illustre également fort bien le problème grandissant que j’ai avec cette série.

Ce problème, c’est David Weber – ou, pour être précis, son style. J’en ai déjà parlé précédemment, à plusieurs reprises même, mais si les événements décrits dans A Rising Thunder sont passionnants, la manière dont l’auteur les raconte l’est beaucoup moins: monologues intérieurs sans fin, paragraphes après paragraphes sur des personnages secondaires que l’on ne reverra jamais (et, plus généralement, pléthore de personnages nommés qui n’apportent pas grand-chose à l’histoire)…

Je veux dire, toute personne travaillant pour une organisation un tant soit peu complexe sait à quel point les réunions peuvent être quelque chose d’ennuyeux; personne n’a envie d’en lire des compte-rendus détaillés en vrai; pourtant, A Rising Thunder compte au moins trois chapitres dédiés à cet exercice.

En fait, je soupçonne de plus en plus que David Weber a un besoin urgent de trouver un éditeur – pas quelqu’un qui publie ses bouquins, mais quelqu’un qui puisse tailler dans ses textes et virer, suivant les chapitres, les 25-75% de gras qui ne font qu’encombrer la lecture (et le lecteur).

C’est dommage, parce que qu’il y décrit n’est pas inintéressant, mais je trouve que ça n’a pas sa place dans un tel roman; ça casse le rythme. En fait, c’est un peu comme si on avait affaire à un rôliste qui essayerait de placer des gros bouts de contexte dans son histoire, parce qu’il pense que c’est important, en oubliant le but premier de l’exercice.

Si ça vous rappelle quelque chose (ou plutôt quelqu’un), c’est normal: à moi aussi…

Malgré cela, j’ai dévoré le bouquin – même si, pour continuer la métaphore culinaire, j’en ai laissé beaucoup sur le bord de l’assiette. Il faut dire que, comme mentionné, les événements décrits dans A Rolling Thunder marquent un changement radical dans l’équilibre des forces, avec un état de guerre clairement posé entre les Solariens et les Nations stellaires – Manticore et Haven en tête – et, surtout, la fin des hostilités entre ces deux dernières entités, après plus de vingt ans (et douze bouquins) de conflits.

La saga Honor Harrington est tout de même une des plus riches de la science-fiction en général et de la SF contemporaine en particulier; si vous la suivez, il est évident que vous devez lire cet ouvrage; sinon, c’est le bon moment pour commencer – d’autant plus que Baen Books a une politique assez maligne pour ce qui est des livres numériques.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur ““A Rising Thunder”, de David Weber”

%d blogueurs aiment cette page :