Aephanemer: Prokopton

La période semble être propice aux formations qui, après un premier album sympathique, déboulent avec un machin monstrueux en guise de confirmation. C’est le cas d’Aephanemer qui, avec Prokopton, vient de sortir un monument de melodeath symphonique.

Aephanemer est un groupe de la région de Toulouse qui, à la base, donne dans le death-metal. Avec du mélodique. Et du symphonique. Et de l’épique. Et des trucs qui piquent. Bref, ça a toutes les apparences de la choucroute impériale avec double supplément de tout, mais c’est de la très bonne choucroute.

Prokopton dure trois quarts d’heure et comporte huit pistes, qui tournent en moyenne autour de cinq minutes, mais avec quelques exceptions. Un seul epic, la dernière piste, atteint les neuf minutes. On a donc un album plutôt court, surtout pour le genre.

Je vais déjà être clair sur un truc: au moment de cette chronique, Prokopton est le premier candidat très sérieux au titre d’album de l’année 2019.

Au départ, je me méfiais un peu, d’autant qu’Angry Metal Guy l’avait gratifié d’une note quasi-parfaite, du genre qu’ils ne réservent en général qu’aux groupes de blackened death indonésiens ou aux albums de Steven Wilson. Ça cachait quelque chose.

En fait non, ça ne cache rien du tout: avec Prokopton, Aephanemer nous gratifie d’un album monstrueux, ultramélodique, avec une dose de symphonique épique. Un peu toutes les pistes sont de pures tueries, blindées d’accroches mélodiques hallucinantes. Mention spéciale à “Bloodline”, qui est ma préférée du lot.

Des compositions qui déchirent, des musiciens au taquet (au passage, c’est un des rares groupes de metal avec deux musiciennes, dont Marion Bascoul, chanteuse-growleuse), une ambiance de folie – n’y a-t-il donc rien qui vient entacher cet album? En vérité, il y a deux trucs mineurs qui me gênent.

D’abord, la voix growl. Je sais que c’est du death, donc ça vient d’origine, soudé sur la carte-mère, mais je n’aime pas ça. Cela dit, il existe aussi une version purement instrumentale de l’album, qui déchire presque autant, donc problème réglé!

Il y a aussi quelques passages symphoniques qui sonnent un peu trop artificiels. Je ne sais pas si le groupe a eu recours à un vrai orchestre pour ces parties (la section cordes sur “The Sovereign” est bluffante), mais il y a des bouts qui sonnent un peu trop “synthé” pour que j’en sois certain, surtout sur la dernière piste, “If I Should Die”.

Mais, comme mentionné, c’est vraiment mineur. Cet album est exceptionnel, une bombe atomique. Même si vous n’aimez pas le death, n’hésitez pas à écouter Prokopton, sur Bandcamp, par exemple. La version numérique – qui contient les versions chantées et instrumentales – y est même disponible à prix libre.

Bonus: la vidéo de “Bloodline”, le morceau qui me fait changer trois fois de slip en cinq minutes

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

9 réflexions au sujet de “Aephanemer: Prokopton”

  1. ‘ “Bloodline”, le morceau qui me fait changer trois fois de slip en cinq minutes. ‘

    La pureté poétique de ta prose me laisse tout ébaubi 😛

    Ouais, moi aussi je (déteste|vomis|abhorre|hais|m’inscris en faux contre)[biffez les mentions inutiles si vous en trouvez] le growl… mais oh, joie! Une version instrumentale… et hop, droit dans la playlist “Instrumetal” que je suis en train de (re)bâtir sur Spot’ 😀

    https://open.spotify.com/user/varkhan/playlist/4QUdT2B57mgNYZuc6FNZEt?si=v0SFBPBDS9WLDII40DrLsA

    (toutes suggestions bienvenues, c’est assez pauvre pour l’heure)

    Cela étant posé, ouais, celui-là, c’est une tuerie.

    part changer ses couches *

    Répondre
    • Il me semble que leur album précédent aussi avait une version instrumentale, ainsi que les deux-trois derniers albums de Nightwish.

      Répondre
          • Ouais, mais déjà avec la première page j’ai pu ajouter Race Against Time, un chouïa de Malmsteen (la vache, perpète que j’avais pas écouté du Malmsteen…), du Trna, un peu d’Haken, du The Ocean, du Plini, et euh sûrement d’autres trucs. Je retrierai probablement après coup mais là, ça me fait déjà environ 18h de playlist, laaaaaargement assez pour varier sur une journée de codage concentré 😀

            Répondre
  2. Tiens, l’album que j’ai pas trouvé le temps de chroniquer alors que je l’avais précommandé. Avec un peu de chance, j’irai voir le groupe en live à Bordeaux le 10 mai prochain.

    Il faut dire que le chant guttural de la chanteuse est tellement puissant qu’on croirait que c’est un mec barbu avec 35 kg de muscle qui est derrière le micro 🙂

    Je confirme aussi que l’album est une tuerie.

    Répondre
    • Ouais, le commentaire de AMG qui disait “on reconnaît le style particulier des chanteuses à growl” m’a particulièrement perplexifié. Après, je suppose qu’ils s’y connaissent bien plus que moi. 🙂

      Répondre
  3. Tout arrive : des morceaux avec du growl que j’apprécie ! Hop, dans le panier Bandcamp ! Merci Tonton Alias pour cette découverte (et celles d’avant).

    Répondre
    • De rien!

      (Au passage, j’ai dû aller chercher ton commentaire dans le filtre à spam; il n’a visiblement pas aimé le nom monolettre.)

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :