Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Akenathon: Como Hormigas

Akenathon: Como Hormigas

Avant que vous ne posiez la question: non, ce n’est pas le même Akenathon. À quelques milliers de kilomètres de la scène rap de Marseille, géographiquement et stylistiquement, cet Akhenaton-ci est un groupe argentin de rock progressif qui nous propose leur nouvel album, Como Hormigas.

Akenathon, qui a eu l’amabilité de m’envoyer cet album par service de presse, est un trio originaire de la ville de La Plata, non loin de Buenos Aires. S’il existe depuis une vingtaine d’années, il n’a publié qu’un autre album, en 2009.

Musicalement, on est dans un registre qui emprunte à la fois au néo-prog et au prog symphonique classique, avec des touches latino-américaines. La plupart des compositions sont principalement instrumentales, avec des brefs passages chantés en espagnol.

Como Hormigas – « comme des fourmis » – compte huit pistes et dure un peu moins d’une heure. Les compositions ne dépassent pas les dix minutes et tournent en général autour de cinq à six minutes.

Globalement, Akenathon me rappelle pas mal le Marillion des débuts, avec notamment un morceau-titre qui ouvre le bal aux faux airs de « Forgotten Sons ». Mais il serait trompeur de n’y voir qu’une copie ou, au mieux, du rétro-prog plus ou moins assumé.

Le groupe propose des compositions complexes et nerveuses, avec des guitares souvent agressives et une basse très présente (notamment « Como hormigas » ou « Sopa de hueso »). Une des particularités de Como Hormigas, c’est cette tendance à faire des compositions quasi-instrumentales, avec somme toute peu de parties chantées.

Ce format donne au trio l’occasion d’explorer des variétés stylistiques plutôt vastes, avec quelques pointes d’inspiration latino-américaines (l’intro de « Punta del Diablo », par exemple), ou des passages plus rock vintage (« Vanka »).

Entendons-nous bien: tout n’est pas parfait et il y a quelques vagabondages discordants qui font un peu tache dans l’ensemble, par exemple sur « Irresistible Tic » ou l’intro de « Vuelos » (qui offre au passage une très belle montée en puissance).

Tout ceci fait de Como Hormigas un disque hors gabarit, pas toujours très accessible, mais rarement soporifique. Akenathon nous y propose un rock progressif plutôt inventif et énergique, qui mérite qu’on s’y attarde.

L’album est disponible sur Bandcamp, à un prix modique; raison de plus pour s’y intéresser.

Bonus: « Punta del Diablo » en live studio

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :