Alcest: Shelter

Il était une fois, un jeune homme appelé Neige, qui, avec son compère Winterhalter, faisait du black-métal. Un beau jour, il décida de créer un groupe qui s’appelait Alcest et qui essayait de faire la musique la plus diamétralement opposée que possible. Au cours des années, il créa des albums où les accents de métal disputaient aux élans aériens et, finalement, il créa Shelter.

Vous admettrez que c’est une belle histoire et ce n’est que justice, car Shelter est un très bel album. Enregistré en Islande avec l’aide de musiciens de Sigur Rós (et ça se sent), Alcest y va encore plus loin que précédemment dans le domaine du post-rock diaphane, tendance shoegaze. Du coup, on a droit à une musique à l’apparente (et trompeuse) fragilité, soutenue par des textures de guitare noyées dans l’écho, des claviers planants et des voix chorales.

Je vais vous la faire simple: cet album est exceptionnel: janvier n’est pas encore terminé que je tiens déjà un sérieux candidat au titre d’album de l’année. Il n’y a à peu près rien à jeter et, en plus, un certain nombre de morceaux fabuleux, comme « La nuit marche avec moi » (rien que le titre…), « L’éveil des Muses » et surtout « Délivrance » qui, du haut de ses dix minutes, conclut un album de grande tenue.

Oubliez le passé sulfureux des musiciens, oubliez aussi certains écarts métaleux des précédents albums: ce Shelter est un voyage sur un nuage, un grand moment planant pour matins clairs et hivernaux (landes glacées et désertes en option). Plus que cela: il est beau. Achetez-le. Maintenant.

Sinon je pleure tout seul, en écoutant « Délivrance ».

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Roboduck dit :

    Ca a l’air vraiment très chouette.
    Roboduck Articles récents…LonghornMy Profile

  2. Fabien Lyraud dit :

    C’est fous comme le « post metal » des années 2010 ressemble au post punk des années 80. Même évolution. La violence pour se libérer des influences blues (punk ou metal extreme) et ensuite les recettes se ressemblent.

    • Alias dit :

      Je pense qu’assez rapidement, les « vrais » musiciens s’perçoivent que la violence pour la violence, ça défoule, mais ce n’est plus satisfaisant après un moment.

      Si tu fais du punk juste pour le défouloir ou pour suivre la mode, c’est OK, mais ça manque de substance (ce n’est pas fait pour, non plus).

  3. Salanael dit :

    Un peu comme Opeth en quelque sorte 😉

    • Alias dit :

      Si l’on excepte le léger détail que je n’aime pas Opeth, il y a de ça. Mais cet album va vraiment plus loin. C’est un peu comme si Enslaved faisait des reprises acoustiques de Vangelis première époque…

      Mais en mieux. 🙂

  4. Teocali dit :

    Bon, ca m’a donne envie… va falloir que je me le trouve.

  5. FX dit :

    un lien d’achat digital n’est jamais superflu 😉
    http://www.amazon.com/Shelter-Deluxe-Edition-Alcest/dp/B00HUV2HFS

    • Alias dit :

      Personnellement, je préfère éviter d’envoyer les gens sur des grosses plateformes, genre À ma zone ou iThunes. Ce d’autant plus que le premier n’est pas disponible partout (genre, pas en Suisse).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :