Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002

Anathema: We’re Here Because We’re Here

Il est rare que j’attende et que je craigne avec autant de force un album tel que We’re Here Because We’re Here d’Anathema. Il faut dire qu’autant je suis fan de ce groupe anglais, dont le style occupe un espace indéfinissable entre le rock progressif, le post-rock et le métal, voisin de celui que s’est creusé Porcupine Tree et ses affiliés, autant leur précédent album, l’ultra-mou Hindsight, m’avait laissé le souvenir impérissable des catastrophes ferroviaires dont on est le témoin au premier chef.

J’ai d’ailleurs craint un instant – avec les premières notes de “Thin Air” – une rechute, avant que l’énormissime “Summernight Horizon” ne pulvérise tous mes doutes à coups de piano. Et un coup de piano, ça fait mal! Bref, cet album sonne le retour du rock atmosphérique teinté de métal et de progressif qui a fait les beaux jours du groupe, au tournant des années 2000. En plus, l’ajout récent de la voix féminine de Lee Douglas, souvent en duo avec Vincent Cavanagh, ajoute une touche supplémentaire à l’ambiance distillée par le groupe.

Bon, pour dire vrai, toutes les scories de la période Hindsight n’ont pas encore disparues; on les retrouve dans des morceaux tels que “Presence” ou “Dreaming Light”. Fort heureusement, elles sont le plus souvent englobées dans des compositions plus rythmées, plus élaborées et, pour tout dire, moins chiantes, comme par exemple “A Simple Mistake”, où le groupe ressort les grosses guitares pour un final bien métal.

À côté de cela, Anathema développe ses thèmes musicaux de prédilection au travers de morceaux tels que “Everything” ou le déjà mentionné “Summernight Horizon” – je le mentionne une seconde fois parce qu’il est vraiment très bien – ou “Get Off Get Out”.

Ceux qui ne connaissent pas Anathema, mais qui sont fans de Porcupine Tree, seront intéressés de savoir que c’est Steven Wilson qui est aux manettes; les deux groupes partagent d’ailleurs, hormis des points communs musicaux indéniables, la même maison de disque. Dans tous les cas, ce We’re Here Because We’re Here mérite une écoute plus qu’intéressée. Anathema est de retour, oyez, oyez!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Anathema: We’re Here Because We’re Here”

%d blogueurs aiment cette page :