Anubis Gate

S’il faut reconnaître une originalité à Anubis Gate, groupe de métal progressif danois, c’est d’avoir attendu leur cinquième album pour donner dans l’éponymie. Et me donner ainsi l’occasion d’utiliser “éponymie”, que j’aime presque autant que “éponyme”. Un rien m’amuse.

J’ai l’air de médire, comme ça, mais si la musique d’Anubis Gate n’est pas follement originale, rappelant beaucoup des formations de métal mélodique et/ou progressif comme Kamelot ou Vanden Plas, cet album est plutôt plaisant. Il me laisse en tous cas une meilleure impression que Andromeda Unchained, que j’avais écouté en son temps mais sans le chroniquer, ce qui donne une idée de mon opinion.

Pas follement originale, certes, mais plutôt inventive et créatrice dans son créneau, comme un usage de chœurs plutôt bien foutu ou un tempo bizarroïde dans “The Re-Formation Show”, le pont final de “World in a Dome” (qui rattrape un peu un morceau autrement convenu), l’intro speedée de “Desiderio Omnibus” ou les neuf minutes de l’excellent “Circumstanced”.

Anubis Gate, sans être un grand nom du genre ni une sorte de génie méconnu, nous pond ici un album de métal progressif somme toute assez traditionnel, mais avec juste ce qu’il faut de créativité pour ne pas tomber dans la facilité. À découvrir.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur “Anubis Gate”

%d blogueurs aiment cette page :